Histoires d’impact provenant de communautés de langue officielle en situation minoritaire

Les entrepreneurs francophones bâtissent des entreprises et des collectivités partout dans l’Ouest canadien. Ils font des affaires partout dans le monde, et leur bilinguisme s’avère un atout sur le plan économique. Voici quelques-unes des choses passionnantes qu’ils font.

publicité relative à un documentaire

[2019-02-05]

Entreprises Riel

Un film documentaire a été produit au cœur de la communauté francophone du Manitoba par Tourisme Riel et les Entreprises Riel, et porte sur la forte culture francophone et métisse dans la province.

Lisez cette histoire

Diversification de l'économie de l'Ouest Canada (DEO) a contribué à la réalisation de ce film au moyen d'une aide financière de 25 000 $ versée dans le cadre de son programme de l'Initiative de développement économique.

Le film répond au besoin de raconter l'histoire des communautés métisses et francophones, aussi bien avec les touristes que la population locale. Il est diffusé trois fois par jour dans les bureaux de Tourisme Riel à Saint‑Boniface, l'un des carrefours de la communauté francophone de Winnipeg.

Le film a encouragé les Entreprises Riel à élaborer un nouveau plan de marketing constitué des éléments suivants :

  • Accroître le tourisme francophone et métis au Manitoba
  • Créer de nouvelles attractions touristiques francophones et métisses à Saint-Boniface, à Saint‑Vital et à Saint‑Norbert
  • Attirer davantage de touristes francophones du Québec et des pays francophones
  • Inciter Travel Manitoba à développer le tourisme en français pour ces marchés

Le tourisme apporte 1,6 milliard de dollars à l'économie du Manitoba, et ce nouveau plan contribuera à faire accroître ce montant.

Michelle Gervais, représentante de Tourisme Riel, affirme que son équipe a été inspirée par les efforts déployés en Louisiane pour faire la promotion de la culture cajun. Elle dit avoir voulu essayer quelque chose de semblable pour promouvoir la culture métisse et francophone à Winnipeg et dans l'ensemble du Manitoba.

Ce projet s'harmonise avec l'objectif du gouvernement du Canada visant à promouvoir les langues officielles. Il s'harmonise aussi avec l'objectif de promouvoir la croissance économique des Autochtones, étant donné que la population métisse de Winnipeg a augmenté de 30 % au cours de la dernière décennie.

Nous pouvons affirmer sans crainte qu'il s'agit là du début de nombreux projets formidables pour Tourisme Riel et les Entreprises Riel.

#NouslAvonsFinancé

Des agriculteurs francophones effectuent un virage vert avec HumaTerra

[2019-05-22]

Des agriculteurs francophones effectuent un virage vert avec HumaTerra

Qu’ont en commun des agriculteurs de la Saskatchewan, un scientifique agricole de la France et près d’un billion d’organismes microbiens? La volonté de rendre le sol des Prairies plus fertile et productif!

Lisez cette histoire

Qu’ont en commun des agriculteurs de la Saskatchewan, un scientifique agricole de la France et près d’un billion d’organismes microbiens? La volonté de rendre le sol des Prairies plus fertile et productif!

Un groupe d’agriculteurs de la Saskatchewan ont utilisé leurs compétences en français pour tirer parti de relations à l’échelle internationale afin d’améliorer l’agriculture et de stimuler l’économie locale.

Ils améliorent le rendement de leurs cultures en effectuant un virage vert avec HumaTerra, une entreprise écologique qui utilise des organismes microbiens présents dans les déchets organiques locaux. Le processus d’amélioration des conditions du sol sur leurs fermes a commencé en France.

Pendant des années, des agriculteurs de la Saskatchewan comme Clem Perrault et Clément Dion ont tenté de faire les choses différemment en agriculture. Ils voulaient produire de la nourriture de façon plus responsable en tenant compte des changements climatiques.

Messieurs Perrault et Dion, ainsi que d’autres collègues de l’industrie, ont fait appel à des experts de la communauté francophone internationale. Ils sont entrés en contact avec une entreprise française qui a mis au point un produit qui libère des organismes microbiens dans le sol pour le rendre plus fertile. Le groupe d’agriculteurs de la Saskatchewan a essayé le produit pour voir s’il donnerait de bons résultats sur le sol des Prairies.

Après une période d’essai réussie, le groupe a décidé de mettre au point un produit fabriqué en Saskatchewan pour aider les agriculteurs à améliorer le rendement de leurs cultures de façon durable en plus de stimuler l’économie locale.

Ainsi, HumaTerra a poussé du sol de la Saskatchewan comme un champ de luzerne rose.

Clem et Clément ont cherché à obtenir du financement externe pour démarrer leur entreprise. Le Conseil économique et coopératif de la Saskatchewan (CÉCS) a fourni une aide financière de 12 000 $ pour aider à lancer l’entreprise et à attirer des investisseurs. Le CÉCS aide les entrepreneurs francophones de la Saskatchewan à atteindre leurs objectifs d’affaires et elle est financée en partie par Diversification de l’économie de l’Ouest Canada (DEO).

Au moment où HumaTerra commençait à prendre racine, les fondateurs ont embauché en tant que gestionnaire général Koenraad Duhem, un directeur scientifique possédant 20 ans d’expérience au sein de l’industrie laitière en France,.

Pendant que l’entreprise commençait la production, le CÉCS a aidé à présenter son produit aux agriculteurs de la province et a aidé HumaTerra à réaliser sa première vente.

À ce jour, HumaTerra a produit 150 tonnes de ses pastilles qui enrichissent le sol pour des clients situés principalement en Saskatchewan.

Grâce à HumaTerra, des agriculteurs locaux protègent l’environnement, produisent plus de nourriture et appuient l’économie régionale en réutilisant des déchets locaux.

« Si on veut qu’il y ait un futur pour la prochaine génération, il faut qu’on commence à changer notre mentalité et nos façons de cultiver la terre, en utilisant les déchets provenant de la terre, en les retournant dans la terre. Ça, c’est la solution. La solution est simple! » affirme Clem Perrault, propriétaire des fermes Poplar Valley Organic et l’un des fondateurs de HumaTerra.

Les agriculteurs membres de HumaTerra sont tous des francophones d’un bout à l’autre de la province. Grâce au succès connu en Saskatchewan, ils commercialisent maintenant leurs produits dans l’ensemble de l’Ouest canadien, ce qui crée des emplois et favorise la prospérité par la même occasion.

HumaTerra doit son succès aux liens établis grâce à une langue commune et à la conviction qu’une agriculture durable est nécessaire pour une planète saine.

Radio Cité 97,9

Durée de la vidéo : 3:32 minutes [2019-03-06]
Cliquez sur le bouton « CC » pour voir les sous-titres en français

Radio Cité rassemble la communauté francophone d'Edmonton

La radio informe. Elle reflète les points de vue et les besoins locaux. Elle sert de lieu d'expression et elle raconte les histoires locales. La radio communautaire donne aux jeunes la chance de jouer un rôle au sein de leur communauté et d'en apprendre davantage sur celle-ci. À tout point de vue, la radio constitue le cœur de la communauté.

Au cœur de la communauté francophone d'Edmonton bat Radio Cité 97,9 FM, « le son du grand Edmonton », que DEO a financée. Voyez comment Radio Cité injecte une nouvelle énergie à la communauté francophone d'Edmonton.

Transcription : « Radio Cité rassemble la communauté francophone d'Edmonton »

(La caméra fait un panoramique d’Edmonton. Un homme portant une tuque conduit une voiture de Radio Cité sur le pont et entre dans un garage de stationnement, pendant que la radio joue.)

(ANIMATRICE RADIO - voix hors champ) Quoi de mieux que de se réveiller le matin en restant informé tout en écoutant la meilleure musique en ville!

(ANIMATEUR RADIO - voix hors champ) Sur les ondes de Radio Cité 97,9, voici Debout Edmonton avec David Redmond.

(DAVID REDMOND - voix hors champ) Bonjour Edmonton! Bienvenue au 97,9 Radio Cité, David Redmond avec vous pour vous accompagner dans votre routine…

[musique]

(L’homme portant une tuque entre dans le studio de Radio Cité et vérifie tout l’équipement.)

(HOMME PORTANT UNE TUQUE) C’est quoi Radio Cité? Radio Cité, c’est l’opportunité de pouvoir rester à l’affût sur tout ce qui se passe dans la communauté francophone ici, à Edmonton.

(Tout au long des six entrevues suivantes, la caméra fait un panoramique de multiples scènes d’activités en ondes et hors d’ondes dans la station.)

(CAROLE SAINT-CYR, DIRECTRICE GÉNÉRALE, RADIO CITÉ 97,9) C’est une radio communautaire francophone. Ça veut dire une radio qui est là pour servir la communauté. C’est une façon d’amener les gens à venir se raconter, qu’on soit d’origine africaine, d’origine européenne, acadienne, québécoise ou franco-albertaine. Alors c’est de faire éclater tous ces murs pour qu’on puisse construire vraiment une seule communauté francophone avec tous les accents francophones.

(HOMME À LA TÊTE RASÉE) On diffuse de la musique francophone, mais pas seulement. C’est aussi une radio qui reflète également la diversité que nous avons ici en Alberta et plus précisément dans la francophonie albertaine avec des musiques qui nous viennent de l’Afrique, de l’Europe, de l’Asie… En tout cas, bref, c’est un mélange de tout cela qui fait, donc, de cette radio une radio unique.

(JEAN PHILIPPE PERETTI, COMITÉ DE PROGRAMMATION, RADIO CITÉ 97,9) La radio communautaire, c’est le médium parfait pour que les gens de la communauté viennent participer, préparer des émissions sur une base bénévole, et je pense que ça peut avoir un effet d’entraînement, et ça peut avoir aussi un effet de maintien et d’augmentation de la fierté francophone.

(La caméra fait un panoramique de l’extérieur de l’immeuble où se trouve Radio Cité.)

(HOMME PORTANT UNE TUQUE) Le support qu’on a eu de Diversification de l’économie de l’Ouest du Canada [sic], c’est un support qui était incalculable. C’est un support qui était tellement important pour nous. Ça nous a permis de pouvoir être en ondes, de pouvoir diffuser nos programmes, mais également de pouvoir être près de la communauté.

(CAROLE SAINT-CYR) Mais là, Diversification économique de l’Ouest [sic], on m’a dit que c’était la première fois qu’ils aidaient la radio. Radio Cité devient comme presque une école pour les plus jeunes, pour connaître c’est quoi faire de la communication en français, mais c’est également de créer des emplois. Ça donne une porte d’entrée à plus de jeunes ou à plus de gens qui veulent faire carrière en communications, et nous sommes en ce moment dans les écoles aussi. Nous allons rencontrer les jeunes, nous donnons des cours pour essayer d’amener ces jeunes-là à s’intéresser aux communications en français, ce qu’ils ne connaissent pas encore…
(HOMME PORTANT UNE TUQUE) Ce que je vois pour le futur de Radio Cité, c’est un futur qui est sans limites. C’est un futur qui est tellement beau et tellement rempli d’opportunités, parce que la communauté francophone ici en Alberta et à Edmonton ne cesse de grandir année après année, et ça, c’est merveilleux, mais ça veut aussi dire que nous, en tant que radio – Radio Cité – on ne peut pas s’en tenir aux standards actuels. Il faut toujours vouloir progresser encore plus. De cette façon-là, on va pouvoir offrir un contenu de qualité, et surtout, surtout, à l’image de la communauté francophone.

(Logo de Radio Cité)

(Texte à l’écran : radiocitefm.ca)

(Mot-symbole Diversification de l’économie de l’Ouest Canada)

(Texte à l’écran : www.wd-deo.gc.ca)

(Texte à l’écran : #NouslAvonsFinancé)

(Mot-symbole Canada)

[La musique arrête de jouer]

(Mot-symbole « Canada »)

Langues officielles : qui est votre « jumeau »?

[2019-06-28]

Langues officielles : qui est votre « jumeau »?

À Diversification de l’économie de l’Ouest Canada (DEO), nous renforçons nos capacités dans les deux langues officielles.

Apprendre une seconde langue peut être exigeant, et sans une pratique régulière, il peut être difficile de maintenir ses compétences dans celle-ci. Une initiative de partenariat entre les organismes de développement régional, le Programme de jumelage linguistique constitue une façon amusante et facile de pratiquer votre seconde langue officielle tout en vous donnant l’occasion de rencontrer de nouveaux collègues dans les organismes de développement régional (ODR) de l’ensemble du pays

 

 

Lisez cette histoire

À propos du Programme de jumelage linguistique

Prenant sa source dans notre engagement à l’égard de la dualité linguistique, le Programme de jumelage linguistique offre à tous les employés des ODR de l’ensemble du Canada désireux de parfaire leurs compétences linguistiques l’occasion de perfectionner leurs habiletés en français ou en anglais. Les participants francophones et anglophones sont jumelés afin de tenir régulièrement des conversations bilingues – 50 % « in English » et 50 % en français – sur toute une gamme de sujets et portant sur des champs d’intérêt variés dans le but de perfectionner et de maintenir leurs compétences dans leur seconde langue officielle.

Ce que les « jumelles » ont à dire

Sheeba Faqih est une employée bilingue du bureau de DEO à Vancouver. Sa langue maternelle est l’anglais et elle utilise presque exclusivement l’anglais au travail. Elle a commencé à participer au programme en 2018, et elle explique :

« J’étais curieuse! Comme j’occupe un poste bilingue, mais que je n’avais pas entièrement confiance en mes capacités, j’ai pensé que ce serait une bonne occasion de pratiquer le français avec quelqu’un de l’extérieur du bureau. J’espérais établir un lien avec une personne qui devait surmonter des défis linguistiques semblables aux miens.Sheeba Faqih

J’ai été jumelée avec une femme charmante du Québec, qui travaillait pour le ministère équivalent au nôtre dans cette province : Développement économique Canada pour les régions du Québec. Elle voulait pratiquer son anglais afin de se préparer à un test qu’elle allait passer.

Nous avons commencé à discuter au téléphone en juin et nous avons continué de le faire pendant quelques mois toutes les semaines ou toutes les deux semaines, même après qu’elle eut passé le test et obtenu le poste!

Nous étions à des niveaux comparables dans notre milieu de travail et nous avions des intérêts similaires. Donc, nous n’avions pas de difficulté à trouver des sujets de conversation. Par hasard, nous faisions également face à des défis semblables autant au travail qu’à la maison, alors c’était agréable d’avoir quelqu’un avec qui parler de ces problèmes. J’ai trouvé que nos conversations étaient stimulantes et très utiles.

Nous terminions toujours par un échange de courriels qui indiquait les mots avec lesquels l’autre personne avait eu de la difficulté ainsi que le bon mot ou la bonne façon de l’employer. Je suis reconnaissante d’avoir eu la chance de faire partie de cette expérience et je recommande vivement le programme! ».

La « femme charmante du Québec » était la francophone Gabrielle Joly. Comme Sheeba, elle est bilingue, mais elle utilise principalement le français au travail.

Elle raconte :

« À travers le programme de jumelage linguistique, j’ai eu non seulement l’opportunité de pratiquer mon anglais, mais également de connaitre une personne sympathique, douce et drôle que je n’aurais probablement pas eu la chance de connaître autrement.Gabrielle Joly

« Non seulement Sheeba prenait le temps de m’écouter et de corriger mes erreurs, mais elle avait également la gentillesse de ne jamais me faire sentir jugée face à mes mauvaises traductions ou mes hésitations. J’avais hâte à nos rendez-vous hebdomadaires afin discuter avec elle, voir comment elle se portait et bien sûr, pratiquer mon anglais!

« Le fait de voir comment nous nous améliorions ensemble, au fil des semaines, était encourageant pour moi et me donnait espoir d’atteindre mes objectifs.

« Bref, bien plus qu’une expérience professionnelle, ce fut également une belle expérience humaine! »

La championne des langues officielles de DEO, la sous-ministre adjointe Barbara Motzney, souligne que le programme de jumelage linguistique a fait ses preuves et qu’il aide DEO à mieux servir les communautés de langue officielle en situation minoritaire.

« Félicitations, Sheeba et Gabrielle, dit-elle. Nous sommes ravis que ce programme vous ait aidé à améliorer vos compétences en langue seconde et à vous faire une nouvelle amie. »