Diversification de l'économie de l'Ouest Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Le point sur les gouvernementaux provinciaux – septembre

Colombie-Britannique

  • La Colombie-Britannique instaure un nouveau programme de crédit de redevances pour les infrastructures propres – Dans le cadre de son plan directeur sur le climat, le gouvernement de la Colombie-Britannique a annoncé la mise sur pied d'un Programme de crédit de redevances pour les infrastructures propres, dont le but est d'attirer de nouveaux investissements privés dans les technologies propres, de façon à réduire les émissions de gaz à effet de serre associées aux activités d'exploration et de production de ressources pétrolières et gazières dans la province. Les sociétés peuvent présenter une demande de crédit à l'appui de projets qui visent à réduire les émissions de méthane produites dans le cadre de leurs activités existantes; des crédits de redevances à concurrence de 20 millions de dollars peuvent être accordés cette année.
     
  • Le gouvernement de la Colombie-Britannique met de l'avant un nouveau programme de soutien de la compétitivité du secteur forestier – Le ministère des Forêts, des Terres et de l'Exploitation des ressources naturelles a publié une nouvelle stratégie relative au secteur forestier, qui est axée sur trois objectifs clés : des forêts saines et résilientes; un secteur varié et compétitif à l'échelle internationale; et la stabilité des collectivités et des Premières Nations. Le programme Strong Past, Bright Future: A Competitiveness Agenda for British Columbia's Forest Sector recense certains défis susceptibles d'entraver la capacité concurrentielle du secteur, ce qui inclut la réduction de l'approvisionnement en fibre ligneuse ainsi que la hausse des coûts d'exploitation en raison de l'infestation de dendroctones du pin ponderosa et d'une incertitude accrue sur les marchés. Parmi les mesures clés qui sont prévues, notons la restauration de l'approvisionnement en bois d'oeuvre, l'amélioration des données disponibles sur le bois d'oeuvre et la santé des forêts, la promotion des technologies nouvelles, l'expansion des marchés et la diversification des produits, la maximisation de l'utilisation des déchets, le soutien des collectivités tributaires des ressources, et l'accroissement de la participation des Premières Nations au secteur, notamment grâce là la formation axée sur les compétences.
     
  • La Colombie-Britannique et l'État de Washington vont créer un corridor d'innovation dans la région de Cascadia – Le 20 septembre 2016, la Colombie-Britannique et l'État de Washington ont signé un protocole d'entente dans lequel les deux parties énoncent leur intérêt commun à favoriser la création de nouvelles perspectives économiques régionales axées sur l'innovation dans le secteur de la technologie. Le gouvernement collabore avec des chefs de file du milieu des affaires en vue de créer le corridor d'innovation de Cascadia afin d'encourager l'innovation et la collaboration, de manière à concourir à l'essor des secteurs de la haute technologie, des sciences de la vie, des technologies propres et de l'analytique de données, et ce, des deux côtés de la frontière.
     
  • Budget de 2016 de la Colombie-Britannique – Mise à jour budgétaire – Le gouvernement de la Colombie-Britannique a publié sa première mise à jour budgétaire faisant suite à son budget de 2016. Selon les prévisions, l'impôt sur le transfert de biens immobiliers produira des rentrées de 2,2 milliards de dollars cette année, soit un montant nettement supérieur à celui de 1,2 milliard que l'on prévoyait au printemps. En raison de cette hausse, on anticipe un excédent budgétaire de l'ordre de 2 milliards de dollars environ au premier trimestre. La province prévoit affecter ces recettes additionnelles au remboursement de sa dette et au fonds provincial pour la prospérité (BC Prosperity Fund), qui devait en principe être capitalisé à même les recettes tirées du gaz naturel liquéfié. Le PIB réel de la province devrait augmenter de 2,7 % en 2016 (en hausse de 0,3 % par rapport à ce qui était prévu dans le budget de 2016), et de 2,2 % en 2017.

Alberta

  • Approbation initiale de trois nouveaux projets d'exploitation des sables bitumineux – Le gouvernement de l'Alberta a approuvé trois projets d'exploitation de sables bitumineux, ce qui pourrait représenter des investissements de 4 milliards de dollars, la production de 95 000 barils par jour et des émissions de 2,5 mégatonnes de gaz à effet de serre. Il s'agit du projet d'exploitation Blackrod de Blackpearl Resources Inc., qui prévoit le recours à la méthode de drainage par gravité au moyen de vapeur (DGMV), du projet d'exploitation Wildwood de Surmont Energy Ltd, également avec la méthode de DGMV, et du projet d'exploitation des sables bitumineux Saleski de Husky Energy, tous étant situés dans un rayon de 200 kilomètres de Fort McMurray. L'approbation de ces projets fait suite à un examen technique mené par l'Alberta Energy Regulator (AER). Les promoteurs des projets doivent encore prendre les décisions définitives en ce qui touche les investissements requis, et ils devront faire des démarches auprès de l'AER pour obtenir les permis et les approbations nécessaires afin de se conformer aux lois environnementales en vigueur.
     
  • L'Alberta met sur pied un groupe de travail sur la technologie et le climat – Le gouvernement de l'Alberta a constitué un groupe de travail sur la technologie et le climat, présidé par Gordon Lambert, ancien dirigeant de Suncor maintenant à la retraite, qui a comme mandat de formuler des recommandations concernant les investissements dans la recherche et l'innovation en matière de technologie climatique. Le groupe de travail tiendra des rencontres avec des universitaires et des représentants du gouvernement, du milieu des affaires et des organismes à but non lucratif à Calgary, Edmonton, Grande Prairie et Lethbridge au cours du mois d'octobre. Un rapport écrit sera présenté au gouvernement de l'Alberta à la fin de novembre pour faire la synthèse des constatations à la suite des démarches auprès des intervenants et pour énoncer des recommandations concernant l'approche à préconiser en vue d'élaborer un cadre provincial d'innovation et de technologie dans l'optique des changements climatiques.
     
  • L'Alberta annonce sa cible de production d'énergie renouvelable – Dans le cadre de son plan directeur en matière de climat, le gouvernement de l'Alberta a annoncé qu'il appuyait la création d'une capacité d'énergie renouvelable additionnelle de 5 000 mégawatts dans le cadre du Renewable Electricity Program, qui relève de l'Alberta Electric System Operator. Il s'agit de l'étape suivante du processus mis de l'avant pour atteindre la cible provinciale, c'est-à-dire faire en sorte que, d'ici 2030, l'énergie renouvelable représente 30 % de toute l'énergie produite. Les projets admissibles doivent être réalisés dans la province; il doit s'agir de projets nouveaux ou dont la portée est élargie, ils doivent viser la production de cinq mégawatts ou plus, et ils doivent porter sur des sources d'énergie renouvelables selon la définition de Ressources naturelles Canada. D'après les estimations du gouvernement, les projets d'énergie propre vont donner lieu à des investissements de 10,5 milliards de dollars au sein de l'économie de la province et à la création de 7 200 emplois au cours des 15 prochaines années.
     
  • Programme de formation axée sur le travail autonome – Le gouvernement de l'Alberta, en partenariat avec le gouvernement du Canada, a affecté 1,9 million de dollars à un programme de formation axée sur le travail autonome. Les entrepreneurs pourront ainsi suivre une formation systématique portant sur différents sujets, comme la préparation d'un plan d'affaires, et recevoir des services de conseils d'affaires, d'encadrement et d'orientation pendant une période pouvant aller jusqu'à 26 semaines; on s'attend à ce que, par la suite, les participants exploitent à temps plein leur propre entreprise. Des services de soutien locaux seront offerts à Edmonton, Calgary, Lethbridge et à d'autres endroits dans la province.
     
  • Modification officielle du salaire minimum en vigueur en Alberta – Le gouvernement de l'Alberta a modifié son règlement sur les normes d'emploi (Employment Standards Regulation) afin qu'il prévoie une hausse progressive du salaire minimum provincial. À compter du 1er octobre 2016, le salaire minimum sera porté à 12,20 $ l'heure, et ce montant passera à 13,60 $ en octobre 2017, puis à 15 $ en octobre 2018.
     
  • Programme de soutien économique communautaire et régional – Le nouveau programme de soutien communautaire et régional du gouvernement de l'Alberta (Community and Regional Economic Support, ou CARES), qui est doté de 30 millions de dollars, servira à financer des projets mis de l'avant au niveau local afin de promouvoir la croissance économique à long terme ainsi que la diversification de l'économie à l'intérieur de la province. Ce financement, prévu pour une période de deux ans, comprend une somme de 26,45 millions de dollars à l'intention des collectivités, des régions, des municipalités et des organisations admissibles, 2,2 millions pour l'établissement d'alliances de développement économique régional, 600 000 $ destinés à quatre centres d'affaires ruraux de l'Alberta et 750 000 $ pour la municipalité régionale de Wood Buffalo afin d'appuyer le centre de ressources Back to Business et la tenue d'expositions en vue du rétablissement des activités à Fort McMurray. Il y aura trois cycles de demandes de subventions, dont le premier débutera le 1er octobre 2016.
     
  • Nouveau programme fédéral de financement des infrastructures – Les gouvernements du Canada et de l'Alberta ont annoncé la conclusion d'une entente bilatérale qui se traduira par l'octroi de plus de 1,08 milliard de dollars dans le cadre du Fonds pour l'infrastructure de transport en commun et du Fonds pour l'eau potable et le traitement des eaux usées. La part accordée par le gouvernement du Canada va jusqu'à 50 % des fonds, la province et les municipalités fournissant les fonds restants. Cette initiative de financement s'inscrit dans la première phase du plan décennal de 120 milliards de dollars du gouvernement du Canada pour appuyer les infrastructures publiques à l'échelle du pays. Les fonds sont accordés rétroactivement à compter du 1er avril 2016 afin que les travaux de construction dans le cadre des projets puissent débuter rapidement.

Saskatchewan

  • Le premier ministre Wall fait la promotion de la vigueur des exportations de sa province en Asie – Le 17 septembre 2017, le premier ministre Brad Wall a entamé une mission commerciale en Chine et en Corée du Sud pour faire la promotion de la qualité des produits de sa province – aliments, carburant et engrais – sur la scène internationale. Cette mission de 11 jours visait à attirer de nouveaux investissements et à générer de nouveaux échanges commerciaux dans l'optique des exportations de produits agricoles et d'uranium de la Saskatchewan à destination de l'Asie. Les exportations de la Saskatchewan vers la Chine ont doublé au cours des cinq dernières années, atteignant le chiffre de 3,4 milliards de dollars en 2015; pour leur part, les exportations de la province vers la Corée du Sud en 2015 sont évaluées à 104 millions de dollars, comparativement à 86 millions en 2014.
     
  • Octroi de fonds à l'appui de projets d'infrastructure – Les gouvernements du Canada et de la Saskatchewan ont conclu un partenariat en vue de fournir des fonds se chiffrant à 237 millions de dollars à l'appui de projets d'infrastructure dans la province, dans le cadre de deux nouveaux programmes fédéraux : le Fonds pour l'eau potable et le traitement des eaux usées, et le Fonds pour l'infrastructure de transport en commun. Ces fonds feront en sorte que les résidents de la Saskatchewan puissent compter sur une alimentation en eau potable salubre, sur des réseaux de traitement des eaux usées fiables et sur des réseaux de transport en commun de grande qualité. Le gouvernement du Canada fournit jusqu'à 50 % des fonds, le reste des fonds provenant de la province et des municipalités.
     
  • Le plan d'énergie solaire de SaskPower fournira de l'électricité à 12 000 foyers d'ici 2021 – La société d'État provinciale SaskPower, qui est le principal fournisseur d'électricité de la Saskatchewan, prévoit générer 60 mégawatts d'énergie solaire qui seront incorporés au réseau de distribution d'électricité de la province d'ici 2021; cette énergie additionnelle est suffisante pour fournir de l'électricité à 12 000 foyers. Les projets seront réalisés par des collectivités, des groupes des Premières Nations et des fournisseurs privés. Les environnementalistes de la province estiment qu'il s'agit d'une mesure positive qui favorisera l'exécution d'un plus grand nombre de projets axés sur l'énergie solaire en vue de tirer profit de l'ensoleillement abondant dans la province pour produire de l'électricité.

Manitoba

  • Le premier ministre dialogue avec les chefs autochtones de la Southern Chiefs' Organization – Le premier ministre Brian Pallister a réaffirmé la détermination du Manitoba à établir des liens productifs avec les dirigeants autochtones provinciaux lors de leur assemblée annuelle le 14 septembre 2016. Il a pris l'engagement d'amorcer des discussions avec le gouvernement du Canada et les Premières Nations du Manitoba afin qu'il soit possible de régler plus rapidement les revendications territoriales fondées sur des traités, ce qui permettrait aux Premières Nations manitobaines d'aménager plus rapidement leurs zones de développement économique urbain dans des collectivités des quatre coins de la province.

 

Retourner au haut de la pageHaut de la page

Principales nouvelles et opinions – septembre

  • Étude sur le flux des transactions dans le domaine de la technologie en Alberta – Alberta Enterprise a publié une étude sur les tenants et aboutissants du flux des transactions dans le domaine de la technologie en Alberta. Le flux des transactions sert d'indicateur de la vigueur d'ensemble de l'écosystème technologique; on le définit comme étant le flux des possibilités d'investissement de capital de risque dans des entreprises privées que souhaitent saisir les investisseurs de capital de risque, les investisseurs providentiels et les autres investisseurs afin de tirer un rendement de leurs ressources financières. Selon l'étude, on compte 1 373 sociétés technologiques dont le siège social se trouve en Alberta, ce qui représente une hausse de 48 % depuis 2012. Parmi les 927 sociétés technologiques recensées en 2012, environ la moitié sont encore actives. À peu près 54 % des sociétés se spécialisent dans le développement de logiciels, 12 %, dans les sciences de la vie et 8 %, dans les technologies propres. Les sociétés approchées dans le cadre de l'étude ont fait état de multiples sources de financement, dont l'épargne personnelle (78 %), les subventions gouvernementales (50 %) et les ressources fournies par la famille et les amis (46 %). Les investisseurs providentiels ont été mentionnés par 38 % des répondants et le capital de risque, par 13 % seulement.
     
  • Traité d'alliance contre l'expansion de l'exploitation des sables bitumineux – Les membres d'une coalition de 50 Premières Nations et tribus autochtones du Canada et du nord des États-Unis ont signé un traité afin de s'opposer conjointement aux projets de construction de pipelines pour transporter du pétrole brut produit à partir des sables bitumineux en Alberta. Les projets visés par ce traité comprennent le pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan, les pipelines Énergie Est et Keystone XL de TransCanada, ainsi que les pipelines Northern Gateway, Alberta Clipper et Line 3 d'Enbridge. Le groupe préconise la collaboration avec les Canadiens et tous les ordres de gouvernement afin d'instaurer une économie à la fois propre, équitable et viable. Il prévoit s'opposer également aux projets de transport par pétrolier et par train sur les territoires et les eaux de ses membres.
     
  • Réouverture d'une mine d'or au Manitoba – Klondex Mines Ltd va reprendre entièrement la production à sa mine d'or True North, près de Bissett, à 235 kilomètres au nord-est de Winnipeg. La société commencera à traiter le minerai à son usine à compter d'octobre. Klondex a embauché 200 travailleurs et prévoit investir de 15 millions à 25 millions de dollars par année dans l'exploitation de la mine, dont la production prévue se situe entre 45 000 et 65 000 onces d'or. La mine (appelée auparavant Rice Lake) a été fermée en juin 2015, son propriétaire précédent, San Gold Corp., s'étant placée sous la protection contre ses créanciers. Klondex a acheté la mine en janvier 2016 à un prix de 32 millions de dollars.
     
  • Fusion de PotashCorp et d'Agrium – La Potash Corporation of Saskatchewan et Agrium Inc. de Calgary ont convenu de se fusionner aux termes d'une entente qui donnera lieu à la création d'une société géante à l'échelle mondiale dans le secteur agricole, sa valeur étant estimée à 36 milliards de dollars américains. La fusion permet d'associer, d'une part, les nombreuses mines d'engrais de la Potash Corp de Saskatoon, et d'autre part le vaste réseau international de distribution de détail d'Agrium avec livraison directe aux agriculteurs, créant ainsi le plus important producteur mondial de potasse, selon la capacité, et le deuxième plus important producteur d'engrais azoté, menant des activités dans 18 pays et comptant plus de 20 000 employés à l'échelle mondiale. Le siège social de la nouvelle société fusionnée sera établi à Saskatoon, et les bureaux de la société au Canada seront situés à Calgary et à Saskatoon.
     
  • La BC Assembly of First Nations et le Business Council of BC signent un protocole d'entente – La BC Assembly of First Nations et le Business Council of BC ont signé un protocole d'entente (PE) afin de souligner leurs vastes perspectives économiques mutuelles et de s'engager à assurer leur prospérité économique commune en misant sur la confiance, des processus décisionnels transparents, le respect et le partage de savoir. Le PE établit l'assise de la réconciliation économique entre les Premières Nations et les représentants du milieu des entreprises de l'ensemble de la province. Le PE donnera lieu à l'établissement d'une tribune de « champions », où les dirigeants des Premières Nations et les chefs de file du milieu des affaires examineront les possibilités, détermineront les obstacles et discuteront des approches stratégiques envisageables.
     
  • Le gouvernement du Canada approuve un projet de GNL de Pacific NorthWest, sous réserve de certaines conditions – Le gouvernement du Canada a approuvé le projet de gaz naturel liquéfié (GNL) mis de l’avant par Pacific NorthWest, sous réserve de 190 conditions. Ce projet, appuyé principalement par la société d’État malaisienne Petronas, qui se spécialise dans l’exploitation de pétrole et de gaz naturel, prévoit la construction d’installations de liquéfaction et d’un terminal d’exportation sur l’île Lelu, près de Prince Rupert (Colombie-Britannique), à un coût d’environ 11,4 milliards de dollars. Si l’on ajoute les investissements additionnels dans les infrastructures d’extraction de gaz et les pipelines en amont, le coût total du projet se situe à près de 36 milliards de dollars. Des Premières Nations et des groupes environnementaux s’opposent à ce projet, s’inquiétant surtout des répercussions qu’il pourrait avoir sur l’habitat du saumon, sans oublier l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre. Bon nombre des 190 conditions énoncées par le gouvernement du Canada sont reliées à ces préoccupations; notamment, on impose un plafond d’émissions de gaz à effet de serre qui est de près de 20 % plus bas que ce qui était proposé au départ. Il appartient maintenant à Petronas et à ses partenaires de prendre la décision d’investissement finale.
     
  • Western Feedlots Ltd va cesser ses activités – Western Feedlots Ltd, l'une des plus importantes entreprises canadiennes d'engraissement de bovins, qui compte trois établissements en Alberta, a annoncé qu'elle allait de son propre chef réduire progressivement son cheptel et ses activités d'engraissement de bovins dans tous ses parcs d'engraissement vers le début de 2017. La société indique que cette décision tient principalement à un environnement d'élevage de bovins qui se caractérise par des risques élevés et un faible rendement. Western Feedlots Ltd a été fondée en 1958, et elle détient 4 % du marché canadien de l'engraissement et de l'abattage. Elle a une capacité de 100 000 têtes de bétail et est considérée comme un chef de file du secteur de l'engraissement en raison de l'efficience de son système de production. L'Alberta compte plus de 140 parcs d'engraissement, et la capacité en date du 1er janvier 2016 se chiffrait à 1 338 900 têtes. C'est dans les parcs d'engraissement que les bovins reçoivent une alimentation de finition qui permet d'accumuler rapidement de la graisse et de la masse musculaire avant l'abattage.