Diversification de l'économie de l'Ouest Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Section 7 : Conclusions et recommandations

7.1 Conclusions

Voici les conclusions, regroupées par grands thèmes, de l'analyse des données provenant de toutes les sources examinées aux fins de l'évaluation.

Pertinence

Données probantes. Selon les répondants, les programmes axés sur la productivité et la croissance des entreprises comblent un vide en aidant financièrement les petites et moyennes entreprises (PME) à recruter et à maintenir en poste une main-d’œuvre qualifiée grâce à l’accès aux capitaux, à la formation des cadres, ainsi qu’au renforcement de la capacité et de la collaboration entre les intervenants. Les études révèlent que la productivité des entreprises canadiennes n’est pas optimale, que les PME jouent un rôle pivot dans l’économie du pays et que nous aurions tout avantage à leur procurer de l’aide à ce chapitre. Par ailleurs, les Canadiens jugent bon que le gouvernement fédéral accord une aide aux PME. Les informateurs clés estiment que l’aide versée par DEO permet au gouvernement fédéral de remplir ses responsabilités en matière de soutien à la prospérité, à la croissance économique et à la création d’emplois. De nombreux programmes fédéraux et provinciaux sont accessibles aux PME de l’Ouest canadien. Selon l’évaluation, les programmes ministériels remplissent efficacement les besoins des promoteurs, et aucun chevauchement ou dédoublement n’a été relevé avec d’autres programmes similaires.

Améliorations proposées. La recension documentaire et les entrevues ont révélé que les programmes axés sur la productivité et la croissance des entreprises sont pertinents et toujours nécessaires. Le Ministère doit poursuivre sa recension documentaire et son examen des programmes d’autres organismes et ministères afin de relever les pratiques exemplaires qui lui permettront d’améliorer ses programmes et de satisfaire plus adéquatement aux besoins des PME de l’Ouest canadien. L’accent sur les entreprises à forte croissance, l’adoption accrue de technologies de pointe et la mise en valeur du commerce international comptent parmi les pratiques exemplaires relevées dans le cadre de l’évaluation.

Rendement : Atteinte des résultats escomptés

Données probantes. Les entrevues et les évaluations des incidences réalisées par le Ministère montrent que les projets de DEO donnent des résultats à court terme pour ce qui concerne la création, le maintien et l’expansion d’entreprises, la création d’emplois et le perfectionnement des compétences. Les projets ont aussi permis à d’autres participants d’améliorer leur part de marché et leur compétitivité, d’obtenir de l’information en vue de la planification de projets futurs, et d’établir des partenariats ou des contrats.

Les données sur le rendement qui ont été transmises à DEO révèlent que la plupart des projets achevés ont permis d'atteindre ou de surpasser les attentes fixées. Durant la période visée par l’évaluation, 3 398 entreprises ont été créées, maintenues ou ont pris de l’expansion. Parmi les raisons pour lesquelles les projets achevés n’avaient pas atteint leurs cibles, ou les avaient atteintes partiellement, notons les retards imprévus, la mauvaise gestion des projets ou, dans le cas d’un projet, les conditions météorologiques défavorables.

Selon les rapports d’étape des projets qui étaient en cours de réalisation, ces derniers étaient en voie d’atteindre les attentes ciblées, voire de les surpasser. La satisfaction des clients à l’égard des projets qui comportaient une participation à des ateliers, à des séminaires, à des présentations et à des événements spéciaux dans la communauté ou l’animation de telles activités dépassait les objectifs fixés dans une proportion allant de 76 % à 100 %.

S’il s’avère encore trop tôt ou impossible de mesurer les incidences à plus long terme, la recension documentaire confirme qu’il existe un lien entre les résultats à court terme et les répercussions positives à plus long terme des efforts de renforcement des PME et de diversification de l’économie de l’Ouest canadien.

Au nombre des facteurs de réussite relevés, citons les partenariats et les collaborations avec l’industrie et d’autres organismes, la conformité avec les priorités provinciales, la rigueur de l’évaluation des projets et du processus de diligence raisonnable, de même que la souplesse quant aux types de projets et à leur mise en œuvre. En revanche, certains facteurs nuisent à la réussite, notamment les délais trop courts pour la réalisation des projets et, plus récemment, l’accent sur les projets de perfectionnement des compétences au détriment d’autres types de projets axés sur la productivité et la croissance.

Il ressort de l’évaluation que les données sur la mesure du rendement et la stratégie de gestion du risque sont appropriées. Cependant, certaines réserves ont été soulevées concernant la mesure du rendement des projets axés sur la productivité et la croissance des entreprises : pour 83 projets sur 87, les indicateurs de sous-programme sont utilisés au lieu des indicateurs de programme, qui permettent de mesurer les incidences à plus long terme. En outre, 165 indicateurs uniques ne peuvent pas être agrégés aux fins du compte rendu sur le rendement. De plus, le Ministère a tendance à soutenir les projets moins risqués (78 % des 87 projets évalués présentent un risque faible).

Améliorations proposées. Les projets remplissent les objectifs à court terme, et le Ministère peut continuer d’appliquer des processus efficaces comme les partenariats et les collaborations avec l’industrie et d’autres organismes, l’adhésion aux priorités provinciales, la rigueur de l’évaluation des projets et du processus de diligence raisonnable, de même que la souplesse quant aux types de projets et à leur mise en œuvre. Le Ministère peut améliorer la mesure du rendement en incitant le personnel à utiliser des indicateurs au niveau du programme pour rendre compte des résultats à plus long terme et à limiter le recours aux indicateurs uniques.

Rendement : Démonstration de l’efficacité et de la rentabilité

Données probantes. Le Ministère a récemment adopté un indicateur d’efficacité pour la productivité et la croissance des entreprises, lequel se lit comme suit : « coûts d’exploitation par tranche de 1 000 $ en dépenses liées aux subventions et contributions (S et C) ». En 2013-2014, le Ministère a investi 23 390 759 $ en S et C dans la productivité et la croissance des entreprises. Pendant cette période, les dépenses d’exploitation ont atteint 3 060 317 $, ce qui correspond à un indicateur d’efficacité de 131 $. Le Ministère a donc dépensé environ 13,1 % de son budget par tranche de 1 000 $ versés aux programmes axés sur la productivité et la croissance des entreprises. Par effet de levier, les projets ont généré 1,67 $ par dollar de S et C reçu du Ministère. Les projets ayant déclaré des résultats au cours de la période de référence ont coûté 7 953 $ en S et C par entreprise créée, maintenue ou ayant connu une expansion, et 2 206 $ par emploi créé ou maintenu. Les projets achevés ont également généré une augmentation des ventes de 26 $ par dollar dépensé. Ces résultats se comparent favorablement à ceux de programmes fédéraux similaires.

Bien que l’exécution des programmes soit jugée adéquate, il conviendrait d’assouplir les modalités de ces derniers et de mieux les adapter aux besoins. Le nouveau processus d’appel de propositions a permis d’améliorer les délais de traitement, mais 29 % des répondants déplorent le caractère imprévisible des périodes de réception, le peu de communication entre le personnel et les demandeurs, ainsi que la propension à financer les secteurs existants au détriment des nouveaux secteurs plus risqués (nouveaux médias, énergie propre, etc.).

La recension documentaire suggère d’autres pistes d’amélioration ou pratiques exemplaires : 1) l’accent sur les entreprises à forte croissance; 2) l’adoption accrue de technologies de pointe; 3) la mise en valeur du commerce international.

Améliorations proposées. Pour améliorer le processus d’appel de propositions, le Ministère pourrait envisager notamment une collaboration plus précoce avec les demandeurs afin de réduire le temps qu’ils consacrent à préparer leur proposition. Le Ministère pourrait en outre revoir ses programmes afin d’offrir d’autres possibilités d’adopter des pratiques exemplaires et d’améliorer les répercussions que les programmes ont sur la croissance des entreprises, l’adoption de technologies et le commerce international; il pourrait également explorer des possibilités de soutenir des projets axés sur les entreprises à forte croissance et les nouveaux secteurs.

7.2 Recommandations

Bien que l’évaluation permette de conclure que les programmes axés sur la productivité et la croissance des entreprises de Diversification de l’économie de l’Ouest Canada sont généralement bien exécutés et qu’ils remplissent les objectifs à court terme, elle révèle en revanche qu’il y aurait matière à amélioration pour renforcer l’efficience et l’efficacité, et accroître le taux de réalisation des objectifs à long terme. Les recommandations suivantes sont fondées sur les constatations et conclusions de la présente étude.

  1. Le Ministère doit continuer de recenser et d’adopter les pratiques exemplaires qui lui permettront d’améliorer la pertinence des programmes axés sur la productivité et la croissance des entreprises.
     
  2. Le Ministère doit chercher à améliorer ses méthodes de mesure des résultats à long terme et de production de rapports afin de renforcer la capacité de rendre compte du rendement des programmes axés sur la productivité et la croissance des entreprises.
     
  3. Le Ministère doit revoir ses programmes axés sur la productivité et la croissance des entreprises afin de les rendre plus souples et mieux adaptés aux besoins.