Diversification de l'économie de l'Ouest Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Section 3 : Pertinence

3.1 Nécessité des programmes sur une base permanente

Le Canada obtient des résultats peu satisfaisants

Le Canada continue d'obtenir des résultats peu satisfaisants au chapitre de la productivité, que l'on définit comme « le montant de la valeur (mesurée en tant que contribution au PIB) générée par le travailleur moyen en une heure8 ». De nombreux économistes estiment que le produit intérieur brut (PIB) par habitant est le plus important indicateur du niveau de vie d’un pays.

Les niveaux de productivité au Canada ont commencé à être à la traîne par rapport à ceux des États-Unis dans les années 1980, ce qui a créé un écart qui perdure de nos jours. « De 2009 à 2011, la productivité a continué à augmenter au taux de 2,1 % par année aux États-Unis, tandis que la nôtre a augmenté en moyenne de 1,1 % par année. En 2011, la production canadienne par travailleur ne représentait donc plus que 78,3 % de celle des États-Unis 9. »

Les écarts de productivité sont également manifestes dans l’ensemble du Canada. La productivité de la main-d’œuvre dans l’Ouest du Canada, plus particulièrement en Alberta et en Saskatchewan, dépassait la moyenne canadienne sur la période allant de 2009 à 2013, mais la productivité de la main-d’œuvre du Canada demeure une préoccupation puisqu’elle est à la traîne de nombreux autres pays. Entre 2001 et 2009, la croissance annualisée de la productivité du Canada se situait dans le dernier quartile de l’Organisation de coopération et de développement économiques, bien en deçà de celle des pays qui se comparent au Canada, comme l’Australie, l’Autriche et Israël.

Par l’intermédiaire de son sous-programme de productivité et de croissance des entreprises, le Ministère appuie des initiatives qui augmentent la productivité et la croissance des PME, un élément important du PIB du Canada et, par extension, de la productivité du Canada.

Les petites et moyennes entreprises ont besoin d'être soutenues

Les recherches 10 révèlent que les PME du Canada peinent à survivre et qu’elles ont besoin d’aide. Les PME, qui sont définies comme les entreprises comptant moins de 100 employés, représentent 99 % des entreprises du Canada et sont des moteurs importants de la croissance économique.

Certaines tendances récentes font ressortir la nécessité d’offrir plus de soutien aux PME au Canada :

  • Au Canada, le chômage est en hausse, et les PME constituent une source importante d'emploi. En 2012, 89,9 % des employés du Canada (10 millions de personnes) travaillaient pour des PME : 69,7 % (7,7 millions de personnes) travaillaient pour de petites entreprises et 20,2 % (2,2 millions de personnes) travaillaient pour de moyennes entreprises11.
     
  • En ce qui a trait à la création d’emplois, les petites entreprises ont créé, en moyenne, 100 000 emplois par année (entre 2002 et 2012), soit près de 78 % de tous les emplois dans le secteur privé. Les moyennes entreprises, qui représentent 1,6 % de toutes les entreprises, ont quant à elles créé 12,5 % des emplois nets au cours de la même période. Par conséquent, les PME sont à l’origine de la création de 90,5 % des emplois dans le secteur privé entre 2002 et 201212.
     
  • Une étude menée en 2013 par la Banque de développement du Canada révèle que les moyennes entreprises sont en déclin, ce qui transfère le poids de la création d’emplois sur les petites entreprises. De 2006 à 2010, le nombre de moyennes entreprises canadiennes a diminué de 17 % (c.-à-d. de 9 370 à 7 814)13.
     
  • L’Indice de la nouvelle activité entrepreneuriale de la Banque de développement du Canada montre que l’activité entrepreneuriale a diminué depuis 2006 dans toutes les régions du Canada14.
     
  • Plus de 6 000 entreprises de production de biens ont connu un déclin entre 2000 et 2010. « Étant donné que les entreprises de production de biens sont les plus importants acteurs de la recherche et développement au Canada, leur déclin est synonyme de diminution de la capacité innovatrice du pays. »15

Les Canadiens jugent bon que le gouvernement fédéral accorde une aide aux PME

Les Canadiens soutiennent l’entrepreneuriat et la création d’entreprises. Le rapport Global Economic Monitor (GEM) sur l’entrepreneuriat au Canada révélait que : 1) la majorité des Canadiens considèrent l’entrepreneuriat comme un bon choix de carrière; 2) les experts qui connaissent bien la question de l’entrepreneuriat au Canada sont d’accord, dans une certaine mesure, avec l’énoncé suivant : « le soutien des nouvelles entreprises et des entreprises en pleine expansion est une priorité absolue du gouvernement fédéral16 ». Malgré le soutien du gouvernement fédéral, les dirigeants des entreprises à forte croissance du Canada sont d'avis que les entrepreneurs canadiens n'ont pas la motivation nécessaire pour assurer l'expansion de leurs entreprises; ils justifient cette opinion en donnant des exemples d'entreprises canadiennes « qui sont vendues à de plus grosses entreprises, plutôt que d'opter pour la possibilité de faire croître leur entreprise afin qu'elle devienne une concurrente viable à l'échelle internationale.17 »

Les programmes axés sur la productivité et la croissance des entreprises comblent une lacune importante

Les commentaires qu’ont émis les répondants corroborent les conclusions tirées de la documentation de référence et confirment la nécessite que des programmes de productivité et de croissance des entreprises existent sur une base permanente. Les répondants à l’enquête ont mentionné la nécessité qu’existent des programmes qui aident les PME à attirer et à conserver une main-d’œuvre qualifiée et d’autres travailleurs, à faciliter l’accès aux capitaux et à susciter d’autres investissements, à accéder aux marchés et à renforcer la capacité de commercialisation interne. En plus de l’accès à la main-d’œuvre et aux capitaux, certains informateurs clés et participants aux groupes de discussion ont fait état d’enjeux tels que la formation en gestion d’entreprises et le renforcement des capacités. Les participants aux groupes de discussion ont également fait ressortir la nécessité d’instaurer et de renforcer la collaboration entre le gouvernement et les intervenants du secteur. Tous les représentants ministériels ont confirmé la nécessité que les programmes soient offerts sur une base permanente, essentiellement parce que la demande pour ce type de programmes est importante par rapport aux fonds disponibles et que les PME de l’Ouest canadien affichent un retard au chapitre de la productivité et de la croissance comparativement à d’autres territoires.

Les programmes permettent de répondre efficacement aux besoins

À titre de confirmation supplémentaire de la nécessité de soutenir les PME, 81 % des promoteurs de projet qui ont répondu à l’enquête ont affirmé que l’aide consentie par le Ministère répondait à leurs besoins et qu’ils étaient très satisfaits de l’aide reçue. Les promoteurs et les représentants des projets non subventionnés qui ont été sondés évaluaient l’efficacité du Ministère à répondre à leurs besoins à 3,5 sur une échelle de cinq points. Les informateurs clés estimaient que les programmes permettaient de répondre aux besoins et aux enjeux dans une certaine mesure, particulièrement lorsqu’il s’agit d’améliorer l’accès à une main-d’œuvre qualifiée, d’adopter des pratiques de gestion judicieuses et des technologies de pointe, de fournir une formation en matière de gestion d’entreprises et de renforcer les capacités. Les participants des groupes de discussion convenaient que le Ministère avait réussi à répondre aux besoins principaux.

Cependant, certains participants faisaient remarquer que l’on pourrait faire davantage pour favoriser la diversification économique et développer les secteurs émergents, particulièrement en Colombie-Britannique et en Alberta, où les économies demeurent largement tributaires des ressources. Le Ministère pourrait développer d’autres secteurs, une approche, qui, bien que risquée, pourrait ultimement contribuer à la diversification de l’économie de l’Ouest canadien. Les représentants du Ministère ont avancé que les programmes pourraient s’attaquer à certains enjeux, notamment en portant une attention plus importante à l’adoption de saines pratiques de gestion et de technologies de pointe.

Les programmes complètent d'autres programmes

Les programmes qu’offre le Ministère constituent un élément important du réseau de soutien destiné aux PME dans l’Ouest canadien. Les informateurs clés ont répertorié 143 organismes et initiatives (24 à l’échelle nationale ou fédérale, 24 en Alberta, 50 en Colombie-Britannique, 24 au Manitoba et 21 en Saskatchewan) qui favorisent la productivité et la croissance des entreprises dans l’Ouest canadien. Les types d’organismes et d’activités soutenus sont décrits au tableau 3.1.

La plupart des informateurs clés (86 %) sont d’avis qu’il n’y a pas de chevauchement ni de dédoublement entre les activités axées sur la productivité et la croissance des entreprises que mène le Ministère et des programmes similaires. Diversification de l’économie de l’Ouest Canada finance également des coûts divers (p. ex., ceux liés à l’équipement); le mandat et l’orientation du Ministère diffèrent de ceux des autres organismes. Le Ministère coordonne ses activités avec d’autres organismes avec lesquels il établit des partenariats au niveau des projets (tant directement qu’indirectement par l’intermédiaire des besoins en matière de contribution définis dans les demandes de financement) et au niveau des sous-programmes (rencontres régulières avec les partenaires afin de trouver des domaines de complémentarité et d’obtenir le soutien nécessaire).

 

Tableau 3.1 Types de services offerts par les organismes qui favorisent la productivité et la croissance des entreprises dans l'Ouest canadien
Type d'organisation Description et exemples de services ou de programmes
Ministères fédéraux
  • Financement de recherches concertées entre des établissements postsecondaires, des chercheurs et des entreprises.
Ministères
provinciaux
  • Financement des organismes de prestation (innovation, associations industrielles, organismes d’aide aux entreprises), des services de conseil aux entreprises et de la recherche économique.
  • Financement des collèges et des universités (formation professionnelle et technique).
  • Programme de prêts aux petites entreprises, opération capital-risque, programme de subventions à l’intention des producteurs de pétrole, crédit d’impôt pour exploration minière.
Sociétés d’État provinciales
  • Financement de musique et films indépendants, aide au marketing.
  • Financement du fonctionnement pour les institutions innovantes (partenariats).
Associations et conseils du secteur
  • Éducation et formation (c.-à-d. production allégée, à valeur ajoutée), défense des intérêts, recherche économique.
Fonds de développement sans but lucratif
  • Financement d’initiatives qui visent à créer la viabilité économique des collectivités.
Chambres de
commerce
  • Séminaires, défense des intérêts, réseautage, mentorat/conseil aux entreprises, information sur les besoins en matière de recherche (c.-à-d. membres sondés), information destinée aux entreprises, projets, salons de l’emploi, coordination dans le domaine de l’emploi.
Organismes de développement économique régional
  • Catalyseur/jumelage/recherche d’occasions (travail de concert avec les partenaires de l’industrie ainsi que des milieux municipaux et provinciaux), études de marché, orientations sectorielles et conseils stratégiques, attraction d’entreprises et d’investissements, maintien et expansion des entreprises, aide aux entreprises.
Organismes d'aide aux entreprises
  • Conseil aux entreprises, aiguillages, éducation et formation, études de marché, jumelage, information, réseautage, locaux pour bureaux à louer, financement (c.-à-d. pour couvrir les frais de déplacement pour se rendre dans les salons professionnels).
Centre de recherche et d'innovation
  • Services techniques et recherche concertée.

 

Des 51 promoteurs consultés, 69 % ont estimé à 25 % ou moins les chances que leur projet se concrétise de quelque manière que ce soit sans obtenir d’aide de DEO; seuls 12 % ont affirmé que leur projet aboutirait en l’absence de financement de la part de DEO. Sans le soutien de DEO, les promoteurs estiment que seulement trois projets auraient été réalisés comme prévu; la plupart des projets auraient été annulés (23 projets ou 39 %), réduits (18 projets ou 31 %) ou retardés (9 projets ou 15 %). Des 18 projets qui se sont vu refuser une subvention du Ministère, deux (11 %) ont été menés comme prévu, quatre (22 %) ont été annulés, sept (39 %) ont été réduits et cinq (28 %) ont été retardés. Lorsqu’on leur a demandé pourquoi leurs projets n’avaient pas été subventionnés, quatre promoteurs ont répondu qu’ils ne le savaient pas et six promoteurs s’étaient fait dire que leur projet ne cadrait pas avec les critères ou les priorités de financement du Ministère.

3.2 Conformité avec les priorités du Ministère et du gouvernement fédéral

Les programmes de productivité et de croissance des entreprises de DEO sont conformes aux priorités du gouvernement fédéral visant à favoriser l’essor des entreprises canadiennes, l’innovation et les exportations de manière à stimuler la croissance économique, la création d’emplois de qualité et la prospérité générale pour les Canadiens de toutes les régions du pays. Les PME jouent un rôle important en comblant l’écart qui existe entre la recherche et le marché, ainsi qu’en créant des emplois pour la population canadienne.

Les programmes liés à la productivité et à la croissance des entreprises soutiennent le résultat stratégique du Ministère qui vise le développement et la diversification de l’économie de l’Ouest canadien. Les informateurs clés sont d’avis que les programmes soutiennent les priorités actuelles du Ministère et du gouvernement fédéral, plus particulièrement en ce qui a trait à la croissance économique, à la création d’emplois, à l’innovation, au commerce et à la croissance économique des Autochtones.

3.3 Conformité avec les rôles et les responsabilités du gouvernement fédéral

Le gouvernement fédéral s’engage à accroître la prospérité à l’échelle du Canada. La croissance des entreprises et une productivité accrue permettent de créer de nouveaux emplois et de nouvelles industries, ce qui améliore la prospérité. Les informateurs clés ont souligné que le gouvernement fédéral jouait un rôle important en favorisant la croissance économique, et qu’il fallait investir dans les PME, l’innovation et la productivité pour diverses raisons, notamment pour renforcer la compétitivité des PME sur les marchés internationaux.

Quarante-huit promoteurs (81 %) et 15 représentants (79 %) de projets non subventionnés ont déclaré que le soutien offert par le gouvernement fédéral pour les PME était approprié. Les PME contribuent à la croissance économique du pays, fournissent des emplois et participent à la diversification économique. Les PME sont également confrontées à des obstacles particuliers qui les empêchent d’améliorer leur productivité et leur croissance. Le gouvernement fédéral peut agir à titre de catalyseur pour favoriser le développement des entreprises en aidant les PME à surmonter ces obstacles.

 


[8] Deloitte. « L'avenir de la productivité 2012 :

[9] Deloitte. « L'avenir de la productivité : l'heure du réveil pour les entreprises canadiennes ». 2013.

[10] Centre for Digital Entrepreneurship + Economic Performance (deepcentre). « Driving Canadian Growth and Innovation: Five Challenges Holding Back Small and Medium-Sized Enterprises in Canada ». 2013.

[11] Industrie Canada « Principales statistiques relatives aux petites entreprises ». 2013.

[12] Industrie Canada « Principales statistiques relatives aux petites entreprises ». 2013.

[13] Banque de développement du Canada « Qu'advient-il des moyennes entreprises canadiennes? » 2013.

[14] Banque de développement du Canada « Indice de la nouvelle activité entrepreneuriale de BDC » 2013.

[15] Centre for Digital Entrepreneurship + Economic Performance (deepcentre). « Driving Canadian Growth and Innovation: Five Challenges Holding Back Small and Medium-Sized Enterprises in Canada ». 2013.

[16] Global Economic Monitor (GEM). « Driving wealth creation and social development in Canada ». 2013 GEM Canada National Report. Dans le cadre de la recherche présentée dans le rapport GEM, un sondage a été mené auprès d’une population adulte composée de Canadiens âgés entre 18 et 99 ans sélectionnés de façon aléatoire et de 42 experts, lesquels ont été interrogés. Les experts provenaient de divers horizons professionnels, qui leur ont permis d’acquérir des connaissances appréciables relativement aux activités entrepreneuriales. Le questionnaire destiné aux experts avait été élaboré dans le cadre du projet GEM global. Le questionnaire demandait aux membres du groupe d’experts d’exprimer leur point de vue sur divers aspects propices à l’entrepreneuriat au Canada, notamment : que le soutien accordé aux nouvelles entreprises et aux entreprises en pleine expansion est une priorité absolue pour le gouvernement fédéral (sur une échelle de cinq points pour indiquer complètement faux, partiellement faux, ni faux ni vrai, partiellement vrai ou complètement vrai).

[17] Centre for Digital Entrepreneurship + Economic Performance (deepcentre). « Canada’s Billion Dollar Firms: Contributions, Challenges and Opportunities. » 2014. Parmi les personnes interrogées se trouvaient des hauts dirigeants d’entreprises milliardaires en pleine croissance, de moyennes entreprises en expansion ou stagnantes et de jeunes entreprises en pleine expansion.