Diversification de l'économie de l'Ouest Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Rendement : obtention des résultats attendus

Ce chapitre résume les principales conclusions de l’évaluation concernant l’effet d’accroissement, les extrants, les résultats immédiats, intermédiaires et finaux des activités du PDC, ainsi que les facteurs contribuant et nuisant à son efficacité. De plus, le chapitre examine les activités de mesure du rendement du PDC.

Effet d'accroissement

La plupart des gestionnaires et des présidents des SADC ont convenu que l'absence de ces dernières dans leur collectivité aurait une incidence très négative sur le démarrage, la survie et la croissance de nouvelles entreprises, de même que sur la planification stratégique et le développement économique des collectivités dans leur secteur de services. Environ 95 % des répondants ont indiqué que l'absence de SADC se traduirait par moins d'entreprises en démarrage; 83 % ont indiqué que moins d'entreprises prendraient de l'expansion; et 81 % ont indiqué qu'il y aurait moins d'entreprises en activité. Au total, 62 % des répondants ont indiqué que l'absence de SADC se traduirait par moins d'activités de planification stratégique et de développement économique des collectivités dans leurs secteurs de services.

Les clients visés par le sondage ont fait remarquer que l'absence du PDC dans leur collectivité aurait une incidence très négative sur leurs entreprises, comme l'illustre la figure ci–dessous.

Version textuelle, Figure 4: Proportion des clients croyant que l'absence de financement accordé par les SADC aurait une incidence sur leurs entreprises

Proportion des clients croyant que l'absence de financement accordé par les SADC aurait une incidence sur leurs entreprises

La majorité des clients (70 %) ont indiqué qu'ils n'auraient probablement pas ou très probablement pas pu démarrer, maintenir ou agrandir leur entreprise sans le financement accordé par les SADC. La plupart des clients (76 %) ont indiqué qu'ils auraient très probablement reporté le démarrage ou l'expansion de leur entreprise si la SADC ne leur avait pas accordé de prêt. Environ 53 % des clients ont indiqué que la taille de leur entreprise serait très probablement moins importante si la SADC ne leur avait pas accordé de prêt. De plus, des clients ont indiqué que si la SADC ne leur avait pas accordé de prêt, la qualité de leurs services en aurait probablement souffert, ou ils auraient probablement été incapables d'obtenir du financement d'autres sources.

Ces conclusions concordent avec une étude de recherche sur le Programme de financement des petites entreprises du Canada (PFPEC), réalisée en 2009.15 L'étude a conclu que les titulaires de prêts en vertu du PFPEC ont obtenu des cotes bien inférieures, sur le plan des indicateurs de solvabilité, que les personnes à qui le PFPEC n'a pas accordé de prêt. Cette situation a des répercussions sur la capacité de ces titulaires à obtenir des prêts en l'absence du programme, d'où l'incidence négative sur le rendement de l'entreprise.

Les partenaires de SADC visés par le sondage pour l'évaluation ont appuyé les conclusions et laissé supposer que l'absence de financement accordé par les SADC aurait une incidence très négative sur les entreprises, comme l'illustre la figure ci dessous.

Version textuelle, Figure 5: Proportion des partenaires des SADC croyant que l'absence de financement accordé par ces dernières aurait une incidence sur les entreprises.

Dans cette figure, les partenaires des SADC ont exprimé leur opinion au sujet de l’incidence qu’aurait l’absence du financement accordé par les SADC sur les entreprises dans les collectivités de ces partenaires.

La majorité des principaux intervenants (63 %) ont déclaré que l'absence du financement accordé par le PDC aurait une incidence négative considérable sur leur collectivité. Plus particulièrement, les répondants ont défini l'incidence ainsi : l'accès restreint au capital et aux services de développement aux entreprises pour celles en démarrage.

Extrants et résultats immédiats

Les résultats immédiats définis dans le modèle logique du PDC sont les suivants :

  • Accès amélioré au capital;
  • Amélioration des services aux entreprises;
  • Meilleurs plans stratégiques communautaires;
  • Mise en œuvre plus efficace du développement économique des collectivités (DEC) grâce à des projets, à des partenariats et à des initiatives de DEC.

L'analyse des données sur le rendement des SADC a fourni de l'information sur l'obtention des extrants et des résultats immédiats.

Accès amélioré au capital

Comme le démontre le tableau ci dessous, les SADC ont accordé 3533 nouveaux prêts au total pendant la période d'évaluation. Le nombre le plus élevé de nouveaux prêts a été accordé au cours des exercices 2008–2009 et 2009–2010. Ces données pourraient refléter la demande accrue d'accès au capital à la suite de la récession économique mondiale. Comparativement aux conclusions de l'évaluation de 2008, le nombre moyen de prêts par SADC par année est passé de 15,8, de 2002 à 2007, à 16,8 au cours de la période de la présente évaluation. La valeur moyenne des prêts est demeurée sensiblement la même au cours de cette période. La valeur des prêts la plus élevée a été obtenue au cours de l'exercice 2009–2010.

Résumé des prêts accordés par le PDC, par exercice
Exercice Nombre de nouveaux prêts Nombre de prêts existants Nombre total de prêts Nombre moyen de prêts Valeur des prêts Valeur moyenne des prêts
2008–2009 746 771 1 517 16,9 77 875 409 $ 51 335 $
2009–2010 761 838 1 599 17,8 79 354 060 $ 49 627 $
2010–2011 651 823 1 474 15,7 71 430 285 $ 48 460 $
2011–2012 652 791 1 443 16,0 67 680 302 $ 46 903 $
2012–2013 723 874 1 597 17,7 78 728 223 $ 49 298 $
Moyenne par année 707 819 1 526 16,8 75 013 656 $ 49 157 $

Amélioration des services aux entreprises

Au total, 284 691 clients (moyenne de 633 clients par SADC par année) ont accédé aux services de développement des entreprises offerts par les SADC au cours de la période de l'évaluation. Comme le démontre le tableau ci–dessous, un nombre plus élevé de clients ont accédé aux services de développement des entreprises offerts par les SADC au cours des exercices 2008–2009 et 2009–2010, la récession économique mondiale pouvant expliquer ce phénomène. Ces données concordent avec le nombre accru de nouveaux prêts accordés par les SADC durant ces années là. Le tableau indique également les divers types de services auxquels les clients ont accédé.

Summary of CFP Business Development Services
Exercice Nombre de clients Nombre de services de conseils Nombre de services d'information Nombre de services d'information sur sites Web Nombre de séances de formation Nombre de participants aux séances de formation
2008–2009 66 931 41 238 193 414 923 064 4 008 28 370
2009–2010 66 840 50 237 225 065 733 907 4 473 31 594
2010–2011 58 531 45 908 271 544 789 959 4 049 27 580
2011–2012 58 749 43 545 255 057 746 871 3 402 32 866
2012–2013 33 640 31 153 202 348 800 682 2 819 19 352
Moyenne par SADC par année 633 471 2 550 8 877 42 311

Les résultats du sondage auprès des clients ont révélé que ces derniers choisissaient soigneusement les services de développement des entreprises qu'ils voulaient obtenir de la part des SADC. Les services auxquels les répondants ont affirmé accéder le moins souvent étaient les aiguillages vers d'autres organismes (10 %) et les services de formation sur les compétences en affaires (16 %).

Mise en œuvre plus efficace du DEC grâce à des projets, à des partenariats et à des initiatives de DEC

L'information liée aux données sur le rendement indique que le PDC a mis en œuvre en moyenne 34,3 projets de DEC par SADC par année au cours de la période d'évaluation. Ce nombre est supérieur à celui de l'évaluation du PDC effectuée en 2008, qui représente une moyenne de 17 projets de DEC par année. Les données sur le rendement indiquaient que le nombre de plans stratégiques des collectivités s'élevait en moyenne à quatre par SADC par année, ce qui concorde avec les données de l'évaluation du PDC de 2008, les SADC ayant chacun participé à l'élaboration d'un à quatre plans stratégiques des collectivités par année. Le nombre de partenariats est passé de 30 en moyenne par SADC par année (résultat de l'évaluation de 2008) à 38,4 en moyenne par SADC par année pendant la période d'évaluation en cours.

Résumé des plans stratégiques des collectivités et des activités de développement économique des collectivités
Exercice Nombre de projets de DEC Nombre de projets de leadership ou d'expertise Nombre de plans des collectivités Nombre de partenariats établis et maintenus
2008–2009 2 721 3 523 387 3 360
2009–2010 2 958 3 392 367 3 535
2010–2011 3 247 3 343 341 3 423
2011–2012 3 202 3 271 352 3 626
2012–2013 3 292 2 987 340 3 336
Total 1 5420 16 516 1 787 17 280
Moyenne par année 34,3 36,7 4,0 38,4

Les plans stratégiques des collectivités comprennent des activités pendant lesquelles la SADC a mené ou facilité l'élaboration de plans des collectivités ou a pris part à leur élaboration. Les répondants visés par les études de cas ont indiqué que la collectivité fait continuellement appel aux SADC pour l'aider à élaborer des plans des collectivités. Les projets de développement économique des collectivités comprenaient des événements tels que des centres de vacances pour jeunes, des salons professionnels et des projets de réussite scolaire. Un exemple d'un tel événement est le Youth Business Excellence Awards (prix d'excellence pour jeunes entrepreneurs), gala organisé par la SADC de Newsask en Saskatchewan depuis douze ans pour reconnaître les réalisations des jeunes entrepreneurs dans le Nord Est de la Saskatchewan.

Le sondage visant les partenaires des SADC décrivait les types de partenariats avec ces dernières. Les projets de partenariat couvraient divers secteurs. Le texte qui suit décrit la nature des projets :

  • la promotion de la collectivité en vue d'attirer le tourisme ou les investissements;
  • la commandite de cours et de séminaires en gestion d’entreprise et en entrepreneuriat;
  • l’aménagement d’infrastructures pour soutenir le développement économique;
  • des initiatives spéciales en vue d’appuyer l’entrepreneuriat au sein de groupes ciblés, tels que les femmes, les jeunes, les Autochtones et les minorités de langue officielle;
  • le soutien des collectivités lors d'un ralentissement économique.

Les partenaires ont mentionné les avantages d'un partenariat avec les SADC, dont de meilleurs liens entre les partenaires pour répondre aux besoins des collectivités; un meilleur échange de connaissances et d'expériences; une capacité ajoutée pour la prestation de services afin d'améliorer la portée des services et l'accessibilité à ces derniers; et une meilleure coordination des services aux clients.

Retourner au haut de la pageHaut de la page

Résultats Intermédiaires

Les résultats intermédiaires définis dans le modèle logique du PDC sont les suivants : amélioration des pratiques commerciales et de l'entrepreneuriat; renforcement et expansion des entreprises, et renforcement des capacités pour le développement socio économique.

Amélioration des pratiques commerciales et de l'entrepreneuriat, et renforcement et expansion des entreprises

Le tableau ci–dessous indique le nombre d'entreprises appuyées par les SADC par le biais d'activités de prêt et de services aux entreprises, nombre consigné par les SADC dans la base de données sur le rendement. Les chiffres indiquent une augmentation du nombre d'entreprises appuyées au moyen d'activités de prêt et une diminution du nombre d'entreprises appuyées au moyen de services aux entreprises.

Résumé du nombre d'entreprises desservies par les SADC
Exercice Nombre d'entreprises créées, maintenues ou agrandies grâce à des activités de prêt Nombre d'entreprises créées, maintenues ou agrandies grâce à des services aux entreprises
2008-2009 1 272 1 447
2009–2010 1 515 1 388
2010–2011 1 438 1 239
2011–2012 1 493 1 191
2012–2013 1 478 792
Total 7 196 6 057

L’augmentation des activités de prêt des SADC concorde avec les recherches réalisées par Industrie Canada sur le financement des PME16. Comme le montre la figure ci dessous, tirée du rapport, à mesure que l'économie a repris en 2010, le taux de demandes de crédit pour les PME est passé à 21 %, comparativement à 16 % en 2009.

Version textuelle, Figure 6: Taux de demande de financement des petites entreprises

La figure illustre les taux de demande de financement pour les petites entreprises, de 2000 à 2010.

Le rapport de recherche d'Industrie Canada sur les conditions de crédit pour les PME17 indique que le taux de demande pour les entreprises en démarrage et les jeunes entreprises (âgées de deux ans ou moins) (36 %) était considérablement plus élevé que pour les entreprises établies depuis plus longtemps (23 %). Toutefois, le taux d'approbation était de loin inférieur (79 % c. 91 % respectivement). Ceci témoigne de besoins de financement plus élevés pour les entreprises en démarrage et les jeunes entreprises, qui n'ont généralement pas assez de bénéfices non répartis, d'antécédents de crédit ou de biens à donner en garantie pour obtenir un financement auprès de sources traditionnelles. Par conséquent, de telles entreprises cherchent des programmes comme le PDC qui accordent des prêts aux clients comportant plus de risques.

Les clients des SADC ayant fait l'objet du sondage pour l'évaluation ont indiqué que les services obtenus de ces SADC ont amélioré leurs compétences en affaires et leur ont permis de maintenir les opérations de l'entreprise. Environ 15 % de ces clients ont indiqué que les services obtenus ont contribué à augmenter leurs recettes et à améliorer la productivité de leur entreprise. Ces clients ont affirmé qu'en moyenne, le produit de leurs ventes est passé de 234 000 $ en 2008–2009 à 436 000 $ en 2012 2013.

Renforcement des capacités pour le développement socio économique

Les données sur le rendement des SADC témoignent également du niveau du renforcement des capacités pour le développement socio économique grâce aux activités de développement économique des collectivités (voir tableau ci dessous.

Résumé des résultats en matière de DEC
Exercice Nombre de cas où la participation communautaire a été facilitée Nombre de cas où les capacités se sont accrues Nombre de cas où il y a eu stimulation économique Nombre de services ou d'installations communautaires améliorés
2008–2009 899 936 533 405
2009–2010 974 996 534 450
2010–2011 905 1 032 565 492
2011–2012 968 1 013 647 554
2012–2013 1 034 1 007 513 613
Total 4 780 4 984 2 792 2 514

La facilitation de la participation communautaire inclut des événements organisés par les SADC, p. ex. des assemblées publiques et des séances publiques de planification stratégique, qui contribuent à cette dernière. L'accroissement des capacités se fait par le biais d'activités telles que des ateliers, des tables rondes régionales et des programmes de mentorat. La stimulation économique se fait par le truchement d'activités telles que l'élaboration d'une stratégie de marketing du tourisme, l'élaboration d'un plan d'activités pour les incubateurs d'entreprises, et l'établissement d'ententes de groupes. Les services ou les installations communautaires améliorés comprennent les infrastructures matérielles, culturelles et récréatives.

Les gestionnaires et les présidents des SADC visés par les sondages ont mentionné que la participation de ces dernières à leurs activités principales a largement contribué à l'atteinte de chacun des résultats immédiats. Les répercussions les plus importantes quant à l'amélioration des pratiques commerciales et de l'entrepreneuriat ainsi qu'au renforcement et à l'expansion des entreprises ont été signalées dans une proportion de 97 %. Les répercussions sur le renforcement des capacités pour le développement socio économique ont été signalées dans une moindre mesure, soit 71 %. La plupart des partenaires des SADC visés par les sondages ont indiqué que leur partenariat avec la SADC dans leur collectivité a contribué au renforcement des capacités pour le développement socio économique (75,4 %), au renforcement et à l'expansion des entreprises dans la collectivité (73,3 %) ainsi qu'à l'amélioration des pratiques commerciales et à l'augmentation des activités d'entrepreneuriat (72 %).

Résultats Finaux

Les résultats finaux du PDC tirés du modèle logique sont la stabilité et la croissance économiques et la création d'emplois; des économies rurales diversifiées et concurrentielles dans la région; des collectivités économiquement viables. Ces résultats se rattachent aux résultats du Ministère : faire en sorte que les collectivités de l'Ouest du Canada aient des entreprises fortes et disposent de la capacité pour le développement socio économique et des infrastructures publiques pour appuyer la croissance économique. Les objectifs du PDC contribuent donc au résultat stratégique du Ministère, soit la croissance et la diversification de l'économie de l'Ouest canadien.

À l’aide des données compilées par Statistique Canada, le rendement à long terme des entreprises appuyées par les SADC et d’un groupe d’entreprises semblables n’ayant pas reçu d’aide a été comparé du point de vue de la croissance de l’emploi, du taux de survie des entreprises et de la croissance des recettes. Les données ont été regroupées par secteur, en utilisant les codes du Système de classification des industries de l’Amérique du Nord (SCIAN)18 ou selon la taille des entreprises en utilisant des unités moyennes de main–d’œuvre (UMM)19 . L'analyse a exclu le secteur de l'extraction de pétrole brut et de gaz naturel liquide, le secteur des services publics et le secteur de la finance et des assurances, tout comme les entreprises plus importantes comptant plus de 100 UMM, de sorte que l'ensemble de données révèle les résultats des PME dans les secteurs de services des SADC.

L'analyse des données démontre que les activités des SADC visant à fournir un accès au capital et aux services de développement des entreprises faisaient une différence vu que les entreprises appuyées par les SADC réalisent un meilleur rendement que le groupe d'entreprises semblables pour ce qui est de la croissance de l'emploi et des recettes, en plus d'avoir un meilleur taux de survie après cinq ans sur le marché. Les données révèlent également que les SADC appuient des entreprises dans divers secteurs de l'industrie. Consulter le reste de la présente section pour obtenir plus de renseignements.

Les principaux intervenants et les répondants aux sondages ont convenu que les activités du PDC ont contribué à l'atteinte des résultats finaux du programme. Les principaux intervenants ont indiqué que le PDC a également eu une incidence plus importante sur la stabilité et la croissance économiques et la création d'emplois que quant à la contribution à des collectivités économiquement viables ou à une économie rurale diversifiée et concurrentielle dans la région. Les résultats des sondages ont révélé que le PDC a contribué à la croissance économique et à la création d'emplois (88 %), à la viabilité économique (79 %), à la stabilité économique (78 %) ainsi qu'à la diversification et à la compétitivité (66 %). La note plus faible accordée concernant les répercussions dans des collectivités économiquement viables ou dans une économie rurale diversifiée et concurrentielle de la région peut être en partie attribuée au fait que ces résultats seront atteints à long terme.

Taille et concentration des entreprises appuyées par les SADC et des entreprises semblables

Le tableau ci dessous offre une répartition, par secteur, des entreprises appuyées par les SADC et de celles du groupe de comparaison pour l'année de référence (2010). Le tableau démontre la diversité des secteurs d'activité dans lesquels œuvrent les entreprises appuyées par les SADC, et l'importance relative de ces secteurs.

Proportion d'entreprises par secteur d'activité dans l'Ouest du Canada (2010)
Secteur Taille des entreprises (UMM) Entreprises appuyées par les SADC Entreprises semblables
Total (tous les secteurs du SCIAN choisis) Toutes les tailles 100,0% 100,0%
Moins de 20 UMM 95,4% 96,6%
20 à 100 UMM 4,6% 3,4%
Sociétés minières, pétrolières et gazièreses Toutes les tailles 7.0% 11.7%
Construction Toutes les tailles 1.6% 3.1%
Fabrication Toutes les tailles 10.3% 16.6%
Commerce de gros Toutes les tailles 8.8% 3.4%
Commerce de détail Toutes les tailles X 3.3%
Transport et entreposage Toutes les tailles 19.1% 9.6%
Services immobiliers et services de location et de location à bail Toutes les tailles 8.1% 6.3%
Industrie de l'information et industrie culturelle Toutes les tailles 1.8% 0.7%
Services immobiliers et services de location et de location à bail Toutes les tailles 1.4% 4.7%
Services professionnels, scientifiques et techniques Toutes les tailles X 13.0%
Gestion de sociétés et d'entreprises Toutes les tailles X 1.8%
Services administratifs, services de soutien, services de gestion des déchets et services d’assainissement Toutes les tailles X 5.2%
Arts, spectacles et loisirs Toutes les tailles X 1.8%
Services d'hébergement et de restauration Toutes les tailles 11.8% 6.7%
Autres services 20 Toutes les tailles X 12.2%

(X) Données supprimées pour des raisons de confidentialité.
Source : Division des enquêtes entreprises spéciales et de la statistique de la technologie, Statistique Canada, 2013

Le tableau montre qu’entre 2005 et 2010, les entreprises appuyées par les SADC ont réussi à créer un bien plus grand nombre d’emplois que le groupe d’entreprises semblables. Les entreprises appuyées par les SADC ont connu une croissance annuelle moyenne de 9,5 % par rapport à 4,2 % pour les entreprises non appuyées. La figure ci–dessous illustre les secteurs d’activité où il y avait une différence considérable entre les entreprises appuyées par les SADC et les entreprises non appuyées.

Version textuelle, Figure 7: Taux annuel composé de croissance de l'emploi par secteur dans l'Ouest du Canada pour les entreprises comptant moins de 100 UMM (2004–2009)

Cette figure illustre l’écart entre le taux annuel composé de croissance de l’emploi pour les entreprises appuyées par les SADC et celui des entreprises non appuyées.

Taux de survie des entreprises

L'analyse des données de Statistique Canada indique que les entreprises appuyées par les SADC étaient plus susceptibles d'avoir survécu après la cinquième année sur le marché que les entreprises semblables. Le taux de survie des entreprises appuyées par les SADC était de 76 % cinq ans après le démarrage, comparativement à 60 % pour les entreprises semblables. La figure ci dessous illustre le taux de survie par année pour les entreprises en démarrage.

Version textuelle, Figure 8: Taux de survie, par année, après le démarrage d'entreprises de l'Ouest du Canada comptant moins de 100 UMM, dans tous les secteurs (2000–2010)

Cette figure illustre l’écart entre le taux de survie des entreprises appuyées par les SADC et celui du groupe d’entreprises semblables non appuyées, de 2000 à 2010.

Cette figure illustre également que de 2000 à 2010, les entreprises appuyées par les SADC ont régulièrement enregistré un meilleur rendement quant à leur capacité à survivre que des entreprises semblables non appuyées par les SADC. La figure indique que le taux de survie des entreprises appuyées par les SADC était beaucoup plus élevé au cours des dernières années de cette période par rapport à celui des entreprises semblables.

Croissance des recettes

L'analyse des données de Statistique Canada démontre que les entreprises appuyées par les SADC affichaient un taux annuel composé de croissance des ventes de 13,8 %, comparativement à un taux de 6,1 % pour les entreprises semblables. La figure ci dessous illustre la croissance des ventes des entreprises appuyées par les SADC et des entreprises semblables sur douze mois, de 2005 à 2010. Entre 2001 et 2011, les entreprises appuyées par les SADC ont enregistré un meilleur rendement quant à la croissance des ventes que pour les entreprises semblables..

Version textuelle, Figure 9: Croissance, sur douze mois, des ventes des entreprises, comptant moins de 100 UMM, de tous les secteurs de l'Ouest du Canada (2005–2010)

Cette figure illustre l’écart entre le taux de croissance des ventes des entreprises appuyées par les SADC et celui du groupe d’entreprises semblables non appuyées, de 2000 à 2010.

Pour les deux groupes, les ventes totales ont augmenté de façon constante de 2005 à 2008. Toutefois, en 2009, les ventes totales des entreprises semblables ont chuté de plus de 13 % par rapport à l'année précédente, tandis que celles des entreprises appuyées par les SADC n'ont chuté que de 0,3 %. De 2009 à 2010, le chiffre des ventes des entreprises semblables a augmenté à peu près au même rythme que celui des entreprises appuyées par les SADC. En général, il semble que les titulaires de prêts des SADC ont été en mesure de mieux résister aux chocs qu'a subis l'activité économique que les entreprises n'ayant pas bénéficié de l'aide des SADC.

Facteurs ayant contribué et nuit à la réussite

Les principaux intervenants ainsi que les répondants visés par les sondages et les études de cas ont mentionné plusieurs obstacles à l'atteinte des résultats. Les principaux obstacles mentionnés par les principaux intervenants comprennent les suivants :

  • Les ressources et le financement limités accessibles aux SADC, ce qui influe sur leur capacité à entreprendre des projets de développement économique des collectivités;
  • La durée du marché conclu entre les SADC et le Ministère (un an c. plusieurs années);
  • Les initiatives de marketing et de rayonnement peu nombreuses mises en œuvre par les SADC pour promouvoir leurs activités;
  • Les limites de prêt fixées par le PDC;
  • La pénurie de travailleurs qualifiés, surtout en Alberta et en Saskatchewan.

En ce qui concerne les stratégies d'atténuation de ces obstacles, les représentants des principaux intervenants de DEO se sont référés à l'exercice de dynamisation du PDC, qui vise à promouvoir l'augmentation du nombre d'inscriptions à la formation destinée au personnel et aux membres du conseil d'administration des SADC et à renforcer l'exécution du PDC. Le Ministère a établi de nouveaux objectifs quant à la valeur et au nombre des prêts approuvés afin que le PDC ait une incidence plus mesurable. Dans le cadre de l'exercice de dynamisation, le Ministère s'emploie à cerner les possibilités de réaliser des économies d'échelle (p. ex. au moyen du partage de ressources) en vue de l'exécution efficace du programme. Certaines SADC ont mentionné avoir pris des mesures pour partager des ressources, p. ex. en faisant appel au même responsable des prêts ou aux mêmes gestionnaires de SADC.

Mesure du rendement

Comme il a été mentionné plus tôt, les SADC utilisent le logiciel The Exceptional Assistant (TEA), hébergé par CommonGoals, pour consigner les données trimestriellement ou annuellement. Le sondage auprès des clients exigeait que les SADC dressent une liste de leurs clients à partir de ce logiciel pendant la période d'évaluation. Elles ont éprouvé beaucoup de difficultés étant donné la lourdeur du processus permettant d'accéder aux données. L'équipe chargée de l'évaluation s'est donc heurtée à la réticence de certaines SADC.

Les données tirées du logiciel TEA sont consignées dans une base de données hébergée par CommonGoals et utilisées par le Ministère. Il n'a pas été facile d'importer l'information tirée de cette base de données vers les programmes logiciels courants dont le Ministère se sert pour analyser cette information de manière globale. Lors de l'évaluation de 2008, on a reconnu ce problème et suggéré que le Ministère mette au point une stratégie visant à corriger les incohérences des systèmes et les définitions de données.

À la lumière des recommandations issues de l'évaluation de 2008, le Ministère, de concert avec les autres organismes de développement régional, s'est employé à mettre en œuvre la Stratégie de mesure du rendement (SMR) nationale. Les travaux réalisés avec Statistique Canada sur la collecte de données en vue d'atteindre les résultats à long terme du PDC ont été mis en œuvre dans le cadre de la SMR . L'équipe chargée de l'évaluation juge qu'il s'agit d'une pratique exemplaire.

Les principaux intervenants ont remarqué que la consignation des données n'était pas uniforme dans l'ensemble des SADC à cause de l'absence de définitions bien formulées et du caractère subjectif de certains indicateurs. De plus, certains répondants ont mentionné que ces indicateurs étaient trop nombreux pour permettre la consignation efficace des données. En ce qui concerne l'utilisation de l'information sur le rendement, le sondage a répertorié les domaines dans lesquels les SADC utilisent couramment cette information, dont les rapports aux partenaires, aux clients, aux bailleurs de fonds et à la collectivité ainsi que le matériel promotionnel (p. ex. le site Web, le bulletin d'information et les présentations de propositions).

Certains représentants de DEO ayant fait l'objet d'une entrevue ont indiqué que le Ministère a réglé les problèmes touchant la validité et la fiabilité des données en simplifiant les indicateurs, et a amélioré les définitions, qui ont été intégrées au logiciel TEA. Les répondants de DEO estiment que ces mesures permettront d'obtenir de l'information plus pertinente et utile sur le rendement.

 


[15] Programme de financement des petites entreprises du Canada : analyse actualisée de l'effet d'accroissement. Allan Riding, Canada Works Limited, 2009.

[16] Accès des petites entreprises au financement : taux de demande et d'approbation, taux d'intérêt et exigences en matière de garantie. Document publié par Industrie Canada en juillet 2013.

[17] Tendances des conditions du crédit entre 2009 et 2012. Document publié par Industrie Canada en novembre 2003 http://www.ic.gc.ca/eic/site/061.nsf/fra/02829.html.

[18] Le SCIAN est un système de classification des industries qui a été conçu pour l'Accord de libre échange nord américain (ALENA). Il fournit des définitions communes de la structure industrielle et un cadre statistique commun pour faciliter l'analyse des trois économies des trois pays ayant conclu l'ALENA.

[19] L'UMM est le quotient de la masse salariale annuelle d'une entreprise par les gains annuels moyens d'un travailleur représentatif dans la même industrie.

[20] Comprend les secteurs des services qui soutiennent l'extraction de pétrole et de gaz.