Diversification de l'économie de l'Ouest Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Bilan Sur Les Langues Officielles 2012-2013 (Partie VII)

Ministre responsable : L’honorable Lynne Yelich

Administrateur général : Daphne Meredith

Champion des langues officielles (ou autre(s) fonctionnaire(s) responsable(s) des langues officielles (ex : champion des langues officielles) : James Meddings

Nom de la personne responsable des langues officielles (parties IV, V et VI de la Loi sur les langues officielles) :

André Gareau, Consultant principal en ressources humaines
Numéro de téléphone : 780-495-4978
Courriel : andré.gareau@wd-deo.gc.ca

Nom du coordonnateur national ou de la personne-ressource responsable de la mise en œuvre de l’article 41 (partie VII) de la Loi sur les langues officielles :

Linda Quan, Coordonnatrice nationale des langues officielles
Numéro de téléphone : 613-952-9389
Courriel : linda.quan@wd-deo.gc.ca

Noms de la ou des personne(s)-ressource(s) pour l’article 41 de la LLO (si applicable) :

Raveena Sidhu, Coordonnatrice régionale de la Colombie-Britannique
Numéro de téléphone : 604-666-1136
Courriel : Raveena.sidhu@wd-deo.gc.ca

Lisa Lecky, Coordonnatrice régionale de l’Alberta
Numéro de téléphone : 780-495-6920
Courriel : Lisa.lecky@wd-deo.gc.ca

Guy Lajeunesse, Coordonnateur régional de la Saskatchewan
Numéro de téléphone : 306-975-6537
Courriel : Guy.lajeunesse@wd-deo.gc.ca

Noreen Gallagher, Coordonnatrice régionale du Manitoba
Numéro de téléphone : 204-983-2837
Courriel : Noreen.gallagher@wd-deo.gc.ca

Retourner au haut de la pageHaut de la page

7 – Développement des communautés de langue officielle en situation minoritaire et promotion du français et de l’anglais dans la société canadienne (partie VII de la LLO)

Des dialogues continus

(consultations / discussions / échanges formels ou informels)

1.  Comment votre institution s’assure-t-elle de connaître les priorités et les besoins des communautés francophones de l’extérieur du Québec et des communautés d’expression anglaise au Québec? Veuillez préciser les moyens utilisés, les organismes touchés et les résultats concrets des initiatives prises par votre institution sur/dans les communautés.

Diversification de l’économie de l’Ouest Canada (DEO) s’informe constamment et de diverses façons des priorités et des besoins des collectivités francophones de l’Ouest canadien. En 2012-2013, les deux principales nouveautés à cet égard ont été le lancement du compte Twitter bilingue de DEO et du nouveau service des coupures de presse de DEO sur les langues officielles.

En cette première année d’activité, le compte Twitter de DEO (@DEO_Canada) a été suivi directement par 775 personnes dont 21 p. 100 consultaient le volet francophone. Parmi ceux qui suivent DEO, on compte des organisations ou des personnes qui s’occupent du développement économique des communautés minoritaires de langue officielle (CLOSM). Ces personnes et organisations peuvent formuler des commentaires ou transmettre à d’autres intéressés les messages affichés par DEO sur Twitter, ce qui a pour effet d’afficher les communications de DEO à un public plus large.

DEO s’associe à des Organisations francophones à vocation économique (OFVE) pour le développement économique des CLOSM de l’Ouest canadien. On retrouve une OFVE dans chaque province de l’Ouest canadien : la Société de développement économique de la Colombie-Britannique, le Conseil de développement économique de l'Alberta, le Conseil de la coopération de la Saskatchewan et le Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba.

Le Service des coupures de presse de DEO sur les langues officielles a été créé pour recueillir des nouvelles sur les langues officielles partout au pays pour les transmettre régulièrement à l’équipe des langues officielles et aux directeurs généraux des OFVE. Ainsi, DEO et ses partenaires peuvent plus facilement se tenir à jour et échanger leurs points de vue sur les questions relatives aux langues officielles au Canada.

Le dialogue et l’interaction sont des engagements que DEO intègre dans ses façons de faire. Parmi les pratiques de dialogue constant avec ses partenaires, DEO communique régulièrement avec les OFVE et les consulte pour se tenir au courant des enjeux, des activités et des initiatives économiques des CLOSM. La haute direction de DEO entretient une étroite relation de travail avec les OFVE, à titre de membres de son Réseau de services aux entreprises de l’Ouest canadien (RSEOC). Elle veille aussi à ce qu’une approche coordonnée soit mise de l’avant dans la mise en œuvre des activités de DEO en matière de langues officielles. L’équipe des langues officielles de DEO échange régulièrement avec les OFVE et d’autres intervenants du développement économique des CLOSM aux échelons régional, provincial et national.

Ces communications ininterrompues renforcent le travail d’équipe entre DEO et les OFVE et améliorent notre compréhension des enjeux des CLOSM. L’information recueillie peut servir à soutenir l’élaboration des politiques et des programmes fédéraux comme la Feuille de route pour les langues officielles du Canada et l’Initiative de développement économique (IDE) administrée par DEO dans l’Ouest canadien.

Retourner au haut de la pageHaut de la page

Des collaborations clés

(Coordination et liaison)

2.  Est-ce que votre institution a collaboré avec d’autres institutions fédérales dans le cadre d’un programme, d’un projet ou de toute autre initiative visant le développement des communautés de langue officielle en situation minoritaire (CLOSM) ou la promotion du français et de l’anglais dans la société canadienne? Décrivez cette collaboration ou ce partenariat. Qui étaient les partenaires et quels en sont les résultats concrets sur le développement des CLOSM ou la reconnaissance et l’usage du français et de l’anglais dans la société canadienne.

DEO a collaboré étroitement avec Industrie Canada (IC), les autres organismes de développement régional (ODR), Patrimoine canadien (PCH), Ressources humaines et Développement des compétences Canada, et d’autres organismes fédéraux pour élaborer la Feuille de route pour les langues officielles du Canada 2013-2018 de 1,1 milliard de dollars et, tout particulièrement, l’Initiative de développement économique (IDE).

DEO, IC et les autres ODR (partenaires de l’IDE) ont travaillé ensemble pour coordonner la gestion et la mise en œuvre de l’ancienne IDE 2008-2013 dans tout le Canada. Cet effort comprenait des consultations officielles conjointes auprès des CLOSM partout au pays, l’élaboration de politiques et de programmes, la préparation de rapports sur les résultats et la diffusion des pratiques exemplaires. Un avantage supplémentaire de cette collaboration a été la diffusion des idées de projet dans le cadre de l’IDE qui pourraient s’appliquer aux CLOSM de l’Ouest canadien. Cette fructueuse collaboration entre les partenaires de l’IDE se poursuivra pendant le prochain quinquennat 2013-2018 de l’IDE.

Ces efforts conjoints ont permis à DEO et à ses partenaires de l’IDE de mieux comprendre les autres activités fédérales qui soutiennent le développement économique et d’explorer les domaines de collaboration qui répondent le mieux aux besoins des CLOSM.

Les bureaux régionaux de DEO ont également collaboré avec les bureaux de l’Ouest des conseils fédéraux régionaux pour coordonner la promotion du français dans l’Ouest canadien lors d’événements tels que la Journée de la dualité linguistique et les Rendez-vous de la Francophonie. Ce type de collaboration permet à DEO d’avoir accès à plus de ressources et d’augmenter l’efficacité et l’efficience de ses activités en matière de langues officielles.

3.  Est-ce que votre institution a collaboré avec d’autres intervenants (municipalités, provinces, territoires, secteur privé) dans le cadre d’un programme, d’un projet ou de toute autre initiative visant le développement des CLOSM ou la promotion de l’anglais et du français dans la société canadienne? Décrivez cette collaboration ou ce partenariat, qui étaient les partenaires et quels en sont les résultats concrets sur le développement des CLOSM ou la reconnaissance et l’usage du français et de l’anglais dans la société canadienne.

Les OFVE comptent parmi les membres importants du Réseau de services aux entreprises de l’Ouest canadien de DEO depuis 12 ans. DEO et les OFVE travaillent ensemble au développement des CLOSM dans l’Ouest canadien et à la promotion du français et de l’anglais dans la société canadienne.

DEO travaille également avec les provinces, les municipalités, les universités, les entreprises ou les organismes des CLOSM pour promouvoir le développement économique des CLOSM, encourager l’utilisation des technologies d’apprentissage et des nouveaux médias, stimuler le commerce et le tourisme et renforcer l’infrastructure communautaire. Par exemple, DEO a soutenu le projet d’une association industrielle qui avait pour but de produire de l’information bilingue pour un événement industriel afin de rejoindre les entrepreneurs francophones et les acteurs de l’industrie du Québec et des pays francophones. DEO a également soutenu un projet dirigé par un campus universitaire francophone de l’Alberta pour le développement deux prototypes d’analyseur acoustique de la voix et d’analyse de la phonétique dans le but de commercialiser ces produits à l’échelle mondiale.

DEO participe également à des comités, des réseaux et des groupes qui font la promotion des langues officielles et du développement des CLOSM comme la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada, la Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne, le Réseau interministériel ontarien des langues officielles et le Réseau de développement économique et d’employabilité de la francophonie canadienne. L’information recueillie par ces forums a facilité la discussion des questions qui préoccupent les CLOSM de l’Ouest canadien et a fourni à DEO des outils supplémentaires pour promouvoir le français et l’anglais dans la société canadienne.

Retourner au haut de la pageHaut de la page

Des appuis concrets

4.  Existe-t-il, au sein de votre institution, des programmes ou initiatives qui intéressent particulièrement les CLOSM ? Veuillez décrire ces programmes ou initiatives et expliquer quels en sont les impacts sur le développement des CLOSM et la promotion des langues officielles dans la société canadienne.

DEO a pour mission de soutenir l’innovation, le développement des entreprises et la croissance économique des collectivités de l’Ouest canadien. En outre, DEO a mis en œuvre un certain nombre de programmes ou initiatives qui peuvent stimuler le développement économique des CLOSM.

Premièrement, les OFVE reçoivent une aide financière de DEO qui leur permet d’offrir de meilleurs services de formation, de développement commercial et économique, d’accès aux capitaux, d’information, de consultation en marketing, de réseautage et de mentorat aux entreprises francophones de l’Ouest canadien. En tant que membres du RSEOC, les OFVE ont accès à un réseau d’une centaine de partenaires de développement économique dans les quatre provinces de l’Ouest canadien avec lesquels elles peuvent travailler pour tisser des relations, promouvoir le français dans la société canadienne et mettre en commun leurs compétences.

Deuxièmement, DEO offre plusieurs programmes qui peuvent soutenir le développement des CLOSM. Le PDEO est le principal programme de contributions financières du Ministère. DEO a intégré la « lentille des LO » dans son processus de diligence raisonnable des projets. Ainsi, le développement économique des CLOSM est pris en considération dans l’évaluation des projets grâce à cet outil. DEO applique également cette approche à l’Initiative de développement économique (IDE) et au Fonds d’amélioration de l’infrastructure communautaire (FAIC). L’IDE apporte des subventions et contributions marginales ciblées aux priorités des CLOSM et à la promotion des langues officielles dans la société canadienne. Le FAIC était un programme national de financement des infrastructures communautaires qui a pris fin en mars 2013. DEO a administré le FAIC dans l’Ouest canadien. Ce programme investissait dans la rénovation et l’amélioration des infrastructures communautaires existantes partout au Canada pour moderniser les infrastructures et générer des retombées économiques importantes pour les collectivités de l’Ouest canadien, y compris les CLOSM.

5.  Votre institution a-t-elle financé des projets ou activités des organismes des CLOSM ou d’organismes voués à la promotion du français et/ou de l’anglais dans la société canadienne ? Veuillez décrire les activités ou projets les plus significatifs et expliquer quels en sont les impacts sur le développement des CLOSM et la promotion des langues officielles dans la société canadienne.

DEO maintient son engagement de soutenir le développement économique des CLOSM en leur donnant accès à ses programmes et en tenant compte de leurs priorités dans l’élaboration de nouveaux programmes comme la Feuille de route pour les langues officielles du Canada 2013-2018.

Quand la Feuille de route 2008-2013 et l’IDE ont pris fin en 2012-2013, DEO pouvait s’enorgueillir d’avoir accordé une aide totale de 2,8 millions de dollars à sept projets de l’IDE qui ont recueilli des fonds de contrepartie de 4,6 millions de dollars auprès d’autres sources de financement. Les projets de l’IDE visaient à promouvoir l’adoption de certaines technologies dans les CLOSM ; à donner aux citoyens la possibilité de s’éduquer dans la langue officielle de leur choix ; à promouvoir le tourisme dans l’Ouest canadien pour en faire une destination internationale ; à encourager le commerce international et à attirer les investissements étrangers ; et à mettre en œuvre des initiatives vertes de diversification rurale et à faciliter l’immigration commerciale.

De plus, certains projets aux retombées positives pour les collectivités francophones de l’Ouest ont été soutenus par le PDEO et le FAIC. Certains projets du FAIC dans des collectivités francophones ont financé l’amélioration de centres communautaires francophones, d’attractions touristiques et autres infrastructures communautaires comme les arénas et les parcs qui soutiennent le tourisme et le développement économique. Plusieurs projets du PDEO soutenaient la promotion des entreprises francophones des prairies et de l’Ouest dans des événements commerciaux ; le développement de laboratoires multimédia ; la mise en valeur d’un laboratoire francophone pour élaborer de nouveaux prototypes en vue de leur commercialisation ; et des conseils commerciaux à l’intention des exportateurs.

6.  Votre institution offre-t-elle d’autres formes d’appui que du financement à des organismes des CLOSM ou à des organismes voués à la promotion du français et/ou de l’anglais dans la société canadienne ? Veuillez décrire ces autres types d’appui et expliquer quels en sont les effets concrets sur le développement des CLOSM et la promotion des langues officielles dans la société canadienne.

Au-delà de l’aide financière accordée par DEO aux CLOSM de l’Ouest, il faut aussi mentionner la diffusion de l’information et le réseautage continu entre DEO et ses organismes des CLOSM. Ces relations donnent aux OFVE et aux collectivités qu’elles représentent la possibilité de communiquer avec ceux qui élaborent les politiques à DEO et à Ottawa pour les sensibiliser aux langues officielles et aux priorités des CLOSM. Des efforts sont déployés pour examiner les projets des CLOSM dans d’autres régions du Canada pour voir s’ils sont applicables dans l’Ouest canadien. À cet égard, DEO s’occupe de communiquer aux OFVE les résultats des recherches et des études économiques qui peuvent leur être utiles.

En outre, la publication ministérielle de DEO, Accès Ouest, est publiée trois fois par an. Elle présente des reportages et des articles sur les entrepreneurs de l’Ouest canadien, des exemples de succès d’affaires et des nouvelles sur les activités novatrices partout dans l’Ouest. En 2012-2013, un article sur les CLOSM a été préparé pour une parution à venir. La promotion du français et de l’anglais dans la société canadienne est optimisée par la diffusion large et variée d’Accès Ouest.

Retourner au haut de la pageHaut de la page

Des résultats concrets

7.  Si votre institution devait souligner une seule de ses initiatives ayant contribué au développement des CLOSM, quelle serait-elle? Quels sont les effets concrets de cette initiative dans/pour les CLOSM ? Quel est, selon vous, le principal facteur de succès de cette initiative?

L’OFVE avec laquelle collabore DEO au Manitoba, le Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba (CDEM), a élaboré un projet d’IDE qui s’échelonne sur plusieurs années et comprend plusieurs volets pour soutenir des initiatives de diversification rurale et des projets verts; des projets visant à garder les jeunes dans la région et à stimuler l’entrepreneuriat; de même que le développement des exportations des entreprises et de prestation de services consultatifs aux Néo-Canadiens.

Soulignons tout particulièrement les initiatives de diversification rurale et les projets verts qui ont mis l’accent sur le développement économique durable des CLOSM. Le CDEM a adopté une approche holistique du développement économique durable et a travaillé avec divers intervenants des CLOSM comme les municipalités francophones elles-mêmes, la Fédération canadienne des municipalités, la province du Manitoba, Environnement Canada et DEO.

D’abord, le CDEM a soutenu le renouvellement de certains plans municipaux de « vision verte ». Ces plans ont été réalisés en collaboration avec les municipalités et, dans certains cas, comprenaient un volet de collecte de données et de création d’inventaires relatif aux émissions de gaz à effet de serre (GES).

Par la suite, des plans d’action et des initiatives ont été envisagés et des projets ont été élaborés pour générer une valeur économique, soutenir la durabilité environnementale, diversifier les collectivités et leur permettre d’adopter de nouvelles technologies. En tout, on a réalisé, dans huit collectivités francophones, huit inventaires sur les émissions de GES et cinq plans de réduction des émissions gérés à l’échelle locale.

Ce travail de terrain a abouti à 14 projets communautaires totalisant plus de 8,6 millions de dollars. Un projet, mené sur le campus d’un collège, portait sur l’installation d’un système de chauffage à la biomasse qui utilisait des déchets de paille provenant des fermes locales pour produire de l’énergie. Le projet a eu pour résultat une réduction des émissions de GES de près de 200 tonnes par an. Un autre projet remarquable, lancé par les quatre municipalités rurales de Saint-Pierre-Jolys, Notre Dame-de-Lourdes, La Broquerie et De Salaberry, a abouti à la mise en place d’un programme de compostage complet qui intègre les besoins des municipalités, des résidants et du secteur agricole.

Dans les prochaines années, le CDEM prévoit s’appuyer sur ces succès en diffusant son modèle et ses connaissances dans les trois autres provinces de l’Ouest. L’objectif sera de fournir de l’information et des ressources au CLOSM pour faciliter leur croissance future de manière durable et d’atténuer les impacts climatiques des émissions de GES.

8.  Si votre institution devait souligner une seule de ses initiatives ayant contribué à la promotion du français et de l’anglais dans la société canadienne (ne pas confondre avec les obligations relatives au service au public ou à la langue de travail, comme les sites Web bilingues ou la formation linguistique du personnel) ? Quelle serait-elle ? Quels sont les effets concrets de cette initiative dans la société canadienne ? Quel est, selon vous, le principal facteur de succès de cette initiative ?

L’approche de DEO pour promouvoir le français et l’anglais dans la société canadienne comporte deux volets.

D’abord, depuis 2001 les OFVE ont travaillé avec DEO pour promouvoir le français dans l’Ouest canadien et répondre aux besoins de développement économique des CLOSM en fournissant, par exemple, une variété de services de développement des entreprises aux CLOSM. En 2012-2013, les OFVE ont fourni 120 séances de formation à 1 119 participants, ont conseillé 1 732 clients et ont répondu à 2 966 demandes d’information. DEO est fier d’avoir renouvelé ce partenariat et le financement qui s’y rattache pour 2013-2014.

Les OFVE travaillent à la fois avec les collectivités francophones pour aider leurs PME à croître et à élargir leurs marchés, et avec les acteurs du développement économique de différents secteurs nationaux et internationaux afin de promouvoir le succès de la dualité linguistique du Canada à l’étranger. Par exemple, le CDEM fait équipe avec la Fédération canadienne des municipalités et l’Agence canadienne de développement international pour appliquer son modèle de développement économique dans deux pays africain francophones. L’objectif est d’établir un réseau d’organismes du même type que les OFVE et de créer un corridor économique entre ces deux pays. La Société de développement économique de la Colombie-Britannique a collaboré avec Air Transat sur une initiative touristique visant à encourager les Français à voyager en Colombie-Britannique. Des panneaux publicitaires étaient ainsi affichés dans 18 stations de métro à Paris. Une campagne publicitaire de six semaines a également eu lieu dans les cinémas de Paris dans le cadre de cette initiative, où des annonces de 20 secondes ont été diffusées à 16 600 reprises atteignant ainsi un auditoire de 934 148 personnes.

Ensuite, DEO favorise l’épanouissement du français et de l’anglais dans le milieu de travail en sensibilisant les membres de son personnel et ses clients des CLOSM de l’Ouest canadien. DEO a intégré cette obligation à son processus de diligence raisonnable d’évaluation des projets sous la forme de la « lentille des LO » dont il était question précédemment. Le résultat concret est que les agents de projets sont conscients de la nécessité de promouvoir le français et l’anglais dans leurs activités courantes, car cet aspect du processus doit être pris en compte dans l’évaluation de tous les projets. Le personnel de DEO peut sensibiliser les promoteurs de projets, car ils y travaillent ensemble.

9.  Quel « bon coup » ayant un impact régional (succès ou résultats dans les CLOSM ou pour la promotion de l’anglais ou du français dans la société canadienne) votre institution veut-elle souligner ?

Dans une perspective de politiques et de programmes, une réalisation majeure a été la participation de DEO au renouvellement de la Feuille de route pour les langues officielles du Canada 2013–2018. DEO a contribué au renouvellement de la composante de l’IDE de la Feuille de route, ce qui permettra aux CLOSM de l’Ouest de s’appuyer sur les résultats de la Feuille de route 2008–2013 précédente.

Du point de vue des projets, DEO tient à souligner l’initiative clé que représente l’application touristique de téléphone intelligent mise au point par les quatre OFVE pour promouvoir le tourisme en français dans l’Ouest canadien. Ce projet à l’échelle de l’Ouest canadien a été lancé au printemps de 2012. Il reposait sur une technologie médiatique novatrice exigeant la collaboration de divers intervenants afin de promouvoir le Canada à l’étranger et de stimuler le tourisme dans l’Ouest canadien.

On estime que cette application devrait intéresser quelque 250 000 utilisateurs francophones de tablette et de téléphone intelligent. En mars 2013, l’application avait été téléchargée plus de 4 000 fois et les utilisateurs avaient effectué 15 346 recherches en Amérique du Nord, en Europe et dans d’autres pays. Enfin, cette application contribuera à rehausser la vitalité économique des collectivités francophones et des petites et moyennes entreprises touristiques de l’Ouest en attirant davantage de touristes francophones.

Cette initiative pourra avoir d’autres retombées. Compte tenu de sa nature évolutive, il peut en découler, à long terme, d’autres avantages pour les collectivités avec la participation d’un nombre croissant d’entreprises. Les touristes qui utiliseront cette application et visiteront le Canada pourront avoir envie de voir d’autres régions du pays. De plus, le projet a stimulé la création d’une infrastructure touristique sur laquelle pourront s’appuyer d’autres initiatives. Le tourisme peut attirer des immigrants et des étudiants étrangers, et améliorer la visibilité et la réputation du Canada à l’étranger dans d’autres secteurs économiques.