Diversification de l'économie de l'Ouest Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Annexe D – Journée de la protection des données de 2011, Activitiés de sensibilisation

Avertissement Le document suivant est désuet.

Information archivée dans le Web

Information identifiée comme étant archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’a pas été modifiée ni mise à jour depuis la date de son archivage. Les pages Web qui sont archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez la demander sous d’autres formes. Ses coordonnées figurent à la page « Contactez-nous »

Courriel Message personnel interne à tous

  

Envoyé: Le jeudi 28 janvier 2011 à 9 h 19
Objet: Data Privacy Day | Journée de la protection des données

Journée de la protection des données 2010 : le 28 janvier

Pour en savoir plus, visitez DEOnet…

 

 

Loi sur la protection des renseignements personnels

Journée de la protection des données de 2011 : Le 28 janvier

Tous les jours, partout dans le monde, des gens utilisent des appareils et des technologies très puissants pour se rendre la vie plus facile. Des logiciels sont développés, du matériel construit et des services conçus pour améliorer la productivité, les communications et la sécurité. Avec le temps, nous en sommes venus à dépendre des technologies de communication mobiles, d’accès à l’information et à des services intelligents, qui nous permettent de faire aujourd’hui des choses qui étaient encore impensables pour nous il y a quelques années à peine.

Malgré les avantages que nous procurent ces technologies, les doutes et les inquiétudes persistent sur la quantité de renseignements personnels réellement recueillis, utilisés et communiqués pour le fonctionnement de ces outils et services pratiques et omniprésents.

La Journée de la protection des données est une célébration à l’échelle internationale de la dignité des personnes telle qu’elle se manifeste par les renseignements personnels. Dans ce monde de réseaux, où nous sommes complètement numérisés, où nos identités, nos lieux de vie, nos actions, nos achats, nos liens, nos mouvements et nos histoires sont recueillis et conservés sous la forme d’autant de bits et d’octets, nous devons nous demander : Qui est à l’origine de cette collecte? Que font-ils de ces renseignements? Et avec qui les partagent-ils? Surtout, nous devrions savoir comment protéger les renseignements qui nous concernent contre des utilisations frauduleuses. Toutes ces préoccupations et questions sont légitimes et il est normal que nous voulions des réponses.

Tant pour ses clients que pour ses employés, DEO doit aussi se demander s’il se conforme aux lois et règlements sur la protection des renseignements personnels.

Veuillez prendre le temps de lire les affiches de la Journée de la protection des données de 2011, que vous trouverez disséminées un peu partout dans les bureaux de DEO, pour y trouver des moyens de protéger vos renseignements personnels au quotidien.

  • Hameçonnage – Ne mordez pas à l’hameçon!
  • Les prédateurs des zones Wi-Fi

 

Canada's Logoflag of Canada

Retourner au haut de la pageHaut de la page

Affiche : Hameçonnage – Ne mordez pas à l’hameçon!

L’« hameçonnage » (ou « filoutage ») est une activité illégale menée par des pirates informatiques pour obtenir des renseignements personnels de nature délicate comme des mots de passe et de l’information sur les cartes de crédit. Les victimes peuvent tomber sur un site Web d’hameçonnage en faisant simplement une faute de frappe dans l’adresse URL du site qu’elles veulent vraiment visiter, mais le plus souvent, les pirates envoient un courriel qui imite une communication officielle d’une source digne de confiance, comme un établissement financier ou même une administration publique, et qui les invite à répondre au courriel ou à aller sur le site d’hameçonnage.

Les courriels ou les sites Web d’hameçonnage ont une apparence de plus en plus sophistiquée et sont souvent difficiles à distinguer des sites légitimes. La plupart donnent l’impression qu’un de vos comptes est menacé et exige une action immédiate de votre part (compte courriel, bancaire, etc.). Malheureusement, en raison de l’urgence apparente de l’affaire, les victimes acceptent souvent de révéler leurs renseignements personnels.

Ne mordez pas à l’hameçon, ne cliquez pas et ne répondez pas…

  • Si cela sonne trop beau pour être vrai, méfiez-vous! Et si le message n’a pas l’air authentique, c’est qu’il est probablement faux.
  • Supprimez les courriels qui vous demandent votre mot de passe (le personnel des TI de DEO ne vous demandera jamais votre mot de passe par courriel. Au besoin, assurez-vous de savoir qui exactement vous fait cette demande, d’en comprendre la raison et de changer de mot de passe immédiatement après que cette personne a terminé son travail). Si vous fournissez vos mots de passe, les pirates peuvent…
    • se servir de vos comptes de courriel pour mener des actions frauduleuses;
    • se servir de vos comptes financiers pour retirer de l’argent, faire des achats ou ouvrir de nouveaux comptes en banque ou comptes de crédit en votre nom (vol d’identité).
  • Méfiez-vous des demandes d’information financière ou des messages qui vous invitent à envoyer en retour votre information, plutôt que de vous fournir cette information.
  • Allez régulièrement vérifier l’état de vos comptes, transactions, notes scolaires, etc. en ligne.
  • Ne cliquez pas sur les liens vers des courriels que vous n’attendez pas. Si vous suivez des liens vers un site d’hameçonnage, un logiciel espion peut envahir votre ordinateur à des fins frauduleuses ou bien pour surveiller tout ce que vous tapez (enregistreur de frappe). Par mesure de protection, le mieux est de taper l’URL principale des organismes dans la barre des adresses de votre fureteur Internet et de naviguer à partir de là, ou encore d’appeler l’organisation en question en utilisant un numéro de téléphone d’une source fiable (annuaire téléphonique). Le contenu du message apparaît-il dans les résultats de votre moteur de recherche?
  • Si vous survolez le lien avec votre souris, votre fureteur ou logiciel de sécurité vous « crient »-ils de faire attention? 
  •  Ne remplissez pas des formulaires qui viennent dans des messages courriels.
  • Évitez d’utiliser des ordinateurs publics pour des communications financières ou délicates (il est possible d’installer des logiciels ou du matériel de piratage des mots de passe sur des ordinateurs publics).
  • Méfiez-vous si vous trouvez des fautes de frappe, de formatage ou de grammaire bêtes qu’un professionnel ne ferait pas.
  • Et attention si vous n’avez pas de compte avec la supposée société qui vous envoie le courriel!

 

Canada's Logoflag of Canada

Retourner au haut de la pageHaut de la page

Affiche: Les prédateurs des zones Wi-Fi

C’est vraiment extraordinaire! Pensez-y, en nous permettant d’accéder à Internet à partir d’appareils portables de n’importe où dans notre maison ou même de notre café préféré, bref tant qu’on se trouve dans une zone desservie, le réseau Wi-Fi nous rend la vie bien plus facile! En plus, finis les enchevêtrements de câbles!

Par contre, cette nouvelle technologie comporte aussi des risques évidents (ou peut-être pas si évidents pour certains technophobes). C’est qu’on ne peut pas empêcher les signaux radio de sortir de notre maison ou de notre zone Wi-Fi. Cela veut dire que, si vous n’avez pas mis en marche le système de sécurité de votre routeur sans fil, même le plus incompétent de vos voisins peut vous espionner ou accéder à califourchon à votre connexion Wi-Fi.

Malgré les avertissements émis sur Twitter, Facebook et d’autres sites de médias sociaux, quand vous vous baladez sans protection sur le Net, vous ouvrez l’accès de vos comptes aux pirates. Pensez-y, un voisin de l’autre côté de la rue ou même un ami de votre fille, dans la chambre à quelques pas de vous, pourrait sans difficulté s’introduire dans vos réseaux personnels et recueillir les mots de passe de vos comptes bancaires.

Et si votre voisin peut le faire, à plus forte raison un prédateur des zones Wi-Fi! Ce prédateur peut même faire quelque chose d’illégal sur Internet à partir de votre réseau et vous en faire porter la faute. Et comment ferez-vous alors pour trouver ce prédateur?

Conseils pour vous protéger contre les prédateurs des zones Wi-Fi… ou même les simples curieux!

  1. N’utilisez pas de réseaux Wi-Fi ouverts. Si vous n’avez pas le choix de le faire, quand vous démarrez une session sur Facebook, Twitter, votre courriel ou d’autres sites Web qui exigent l’authentification de l’utilisateur, assurez-vous que l’adresse Web commence par https. Le « s » (pour « secure ») signifie que le site est protégé. Certains sites, comme ceux des banques, vont automatiquement à des adresses « https » implicites. D’autres, comme Facebook et Twitter, ne le font pas automatiquement, mais c’est une option que vous pouvez choisir.
  2. Pour passer à une connexion protégée, allez à la barre d’adresse et ajoutez un « s » à la fin de l’indication « http ». Cela vous mènera aux sites protégés. Assurez-vous de bien conserver ces sites dans vos signets (c.-à-d. https://facebook.com).
  3. Utilisez des outils comme le module de protection Force-TLS de Firefox pour obliger les sites à utiliser « https ». Ainsi, les données transférées entre votre ordinateur et le site Web auquel vous accéderez deviendront illisibles pour les prédateurs et les espions (Force-TLS, https://addons.mozilla.org/fr/firefox/search/?q=&cat=1%2C12).
  4. Assurez-vous de vous déconnecter de tout réseau qui exige une authentification quand vous passez à un nouvel emplacement sans fil. Et une fois arrivé(e) à votre nouvelle destination, assurez-vous d’être à nouveau dans une connexion protégée (https)
  5. Utilisez le réseau privé virtuel (RPV) de DEO ou créez votre propre RPV. Pensez cependant que cette dernière option est assez difficile pour un utilisateur occasionnel et qu’il vaut mieux ne pas se lancer dans cette entreprise pour les affaires gouvernementales.

 

Canada's Logoflag of Canada