Diversification de l'économie de l'Ouest Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Rendement : Atteinte des resultats attendus

Conclusions générales

L’objectif du programme des Centenaires était de souligner les réalisations des provinces d’Alberta et de la Saskatchewan et de reconnaître leurs contributions à la Confédération, ainsi que de permettre à tous les Canadiens de célébrer leur patrimoine national commun. On prévoyait que les projets financés auraient des répercussions socioéconomiques durables sur le développement communautaire et que les célébrations des centenaires renforceraient le sentiment de fierté et de cohésion nationale.

Les projets terminés ont atteint les résultats prévus (tableau 3-1), et la majorité des projets en cours semblaient se rapprocher de leurs objectifs. De nombreux projets ont également réalisé des progrès importants et se sont approchés des résultats à court terme qu’ils cherchaient à obtenir, soit de favoriser la participation de la collectivité et la collaboration entre les collectivités et le gouvernement et de renforcer l’économie des collectivités. Il est trop tôt pour mesurer objectivement le résultat final du programme, soit d’intensifier les activités économiques de façon à améliorer la compétitivité des collectivités de l’Ouest canadien. Toutefois, il ne faut pas négliger l’importance de la réussite à court terme lorsqu’il est question de responsabilité gouvernementale : [traduction] il est inefficient et injuste de tenir les ministères et les ministres responsables d’événements sur lesquels ils n’exercent qu’un contrôle limité. Une solide approche fondée sur le rendement face aux responsabilités qui s’appuient sur des extrants et des résultats intermédiaires dûment mesurés ne devrait pas être tournée en ridicule et reléguée au second plan, puisque, de toute façon, il sera toujours impossible d’établir réellement quelle part des résultats observables dans la société est attribuable aux mesures gouvernementales[4].

Rendement : Résultats des activités du programme des Centenaires

Le tableau 4-1 résume les indicateurs de rendement utilisés pour évaluer les résultats des activités du programme des Centenaires. Les indicateurs de l’AAP sont tirés de l’Architecture des activités de programme (AAP) du Ministère. Par exemple, les projets des centenaires sont principalement liés à la sous-activité de développement des collectivités, et l’un des indicateurs de rendement qui s’y rattache est le « nombre de services ou d’installations communautaires améliorés ». Les indicateurs uniques présentés au tableau 4-1 ne sont pas des indicateurs tirés de l’Architecture des activités de programme, mais sont communs à bon nombre de projets. Il existe d’autres indicateurs propres aux projets qui ne figurent pas au tableau 4-1[5]. Les renseignements sur le rendement et les résultats des quatre projets d’immobilisations en cours en Alberta ne figurent pas dans la base de données ni dans les dossiers. Deux des neuf projets albertains d’immobilisations durables ou présentant l’image de marque du centenaire et quatre des six initiatives saskatchewannaises d’immobilisations stratégiques ont atteint ou surpassé les attentes en matière de rendement. Le dossier d’un des projets réalisés en Saskatchewan ne contenait aucun renseignement sur les attentes en matière de rendement. En tout, 101 des 694 projets communautaires ne contenaient pas d’indicateurs de rendement, et, dans le cas des 593 autres projets, le dossier comptait un indicateur de rendement, mais rien n’indiquait que les objectifs en matière de rendement avaient été atteints ou non.

Tableau 4-1  Rendement des projets des centenaires
Planification, développement et adaptation de l’économie des collectivités Indicateurs de rendement Nombre de projets visés par l’indicateur Nombre de projets ayant atteint l’objectif
Type d’indicateur Indicateur

Projets d’immobilisations durables en Alberta1

AAP

Nbre de services ou d’installations communautaires améliorés

5

1

Unique

Consultations publiques et rétroaction2

8

3

Nbre de visites scolaires annuelles

3

0

Revenus annuels générés par les visites

4

0

Participation annuelle

3

0

Prise en considération de la rétroaction du public

2

0

Projets présentant l’image de marque du centenaire de l’Alberta

AAP

Nbre d’organismes communautaires bénéficiant de capacités accrues

1

1

Nbre de services ou d’installations communautaires améliorés

1

1

Unique

Fonds supplémentaires dépensés en Alberta

3

3

Moyenne des séjours prolongés

3

2

Augmentation des activités économiques des entreprises locales

3

1

Initiatives d’immobilisations stratégiques en Saskatchewan

AAP

Nbre de services ou d’installations communautaires améliorés

6

5

Unique

Nbre annuel de visiteurs

3

0

Le Canada célèbre la Saskatchewan3

AAP

Nbre de services ou d’installations communautaires améliorés4

593

N/D

1Le Programme de Bourses des arts du lieutenant-gouverneur de l’Alberta et le projet d’agrandissement du Musée des régiments ont été transférés à PCH et au MND, respectivement, en vue de leur mise en œuvre, et ne font pas partie des projets d’immobilisations durables.

2 « Consultation publique et rétroaction » comprend tous les indicateurs liés aux consultations et à la participation du public; certains projets comportaient plusieurs indicateurs liés aux consultations.

3 Sur les 593 projets comportant des indicateurs, 23 étaient des projets pour lesquels l’offre d’aide avait été retirée. Aucun dossier ne comportait de résultats concernant les indicateurs de projet.

4Aussi consigné en tant que « un service ou une installation communautaire amélioré » dans les rapports de projet.

Les résultats des projets communautaires en Saskatchewan ne figuraient pas dans la base de données de DEO, mais avaient été consignés dans les dossiers. Les résultats de l’échantillon de 99 collectivités peuvent être regroupés en quatre catégories générales :

  • Nouvelle installation communautaire ou amélioration d’une installation communautaire, ou utilisation accrue des installations.
  • Prolongation de la durée de vie d’une installation devant être modernisée.
  • Sentiment accru de fierté communautaire.
  • Préservation de l’histoire de la collectivité.

Ces résultats correspondent généralement aux trois objectifs les plus couramment cités par les répondants dans le cadre de l’enquête auprès des collectivités. Plus précisément, les représentants des projets communautaires estimaient que les trois objectifs clés du programme des Centenaires étaient les suivants :

  • amélioration des installations pour mieux servir les membres de la collectivité (76 %);
  • préservation et réfection des installations culturelles et patrimoniales communautaires (14 %);
  • amélioration de la visibilité de la collectivité (6 %).
  • Presque tous les répondants des projets communautaires (99 %) croyaient que les objectifs de leur projet avaient été atteints.

De même, les promoteurs des principaux projets estimaient que les objectifs principaux propres à leur projet étaient de créer, de construire et d’agrandir diverses installations communautaires, ainsi que de tenir des événements internationaux. Les intervenants clés s’entendaient généralement pour dire que le programme des Centenaires avait réussi à atteindre ses objectifs.

Résultats attendus : Participation de la collectivité

Le programme des Centenaires a favorisé la participation des collectivités

Le programme des Centenaires a financé les projets d’immobilisations durables, tandis que Patrimoine canadien était responsable de la partie célébration, il s’agissait de l’une des activités de commémoration, dans le cadre de son programme Célébration; Commémoration et Apprentissage (CCA). Les objectifs des deux programmes se recoupaient puisqu’ils visaient tous deux à accroître la visibilité des centenaires et à amener les gens à y participer. Il est donc difficile de quantifier les répercussions de chaque programme. Le sondage, mené dans le cadre de l’évaluation du programme CCA, a révélé que les gens des collectivités étaient très au courant, qu’ils avaient participé aux centenaires et qu’ils affichaient un fort sentiment de fierté nationale et d’appartenance[6].

Pour sa part, le programme des Centenaires a favorisé la participation des collectivités grâce à l’engagement des organismes communautaires populaires, à la mobilisation de divers éléments de la société canadienne (collectivités urbaines et rurales, Autochtones et Canadiens de diverses origines ethnoculturelles), à un accès accru aux possibilités d’apprentissage et au lien visible entre les projets et les célébrations des centenaires.

Participation des organismes communautaires populaires

Les membres des groupes de discussion ont mentionné que le financement versé aux petites collectivités devait accroître la participation communautaire, et l’enquête auprès des collectivités a montré que les projets avaient très bien réussi à amener les collectivités à participer (3,7 sur 5).

Les intervenants clés ont dit que les projets avaient réussi à amener les collectivités à participer (4 sur 5). Selon les intervenants clés, les décisions concernant tous les projets réalisés en Alberta et les projets d’immobilisation en Saskatchewan avaient déjà été prises par le Ministère et les gouvernements provinciaux, et les collectivités y avaient peu participé et n’avaient été consultées que de façon limitée. Toutefois, les représentants des collectivités ont pris part à la conception et à la mise en œuvre des projets, aux diverses étapes. Pour bon nombre de projets d’immobilisations, il y a eu des consultations avec les membres de la collectivité et des groupes autochtones, qui ont participé à la conception des projets et à la mise en œuvre des activités. De plus, le renforcement des capacités a permis aux projets de faire participer un plus grand nombre de bénévoles à la prestation de leurs services actuels. Les quatre projets présentant l’image de marque du centenaire en Alberta ont fait appel à des bénévoles pour la mise en œuvre. Les bénévoles ont pris part aux comités organisateurs des projets présentant l’image de marque, et ont joué un rôle clé dans la mise en œuvre des activités des projets.

Mobilisation de divers éléments de la société canadienne

L’examen des dossiers a montré que toutes les collectivités visées étaient des collectivités rurales, même si 32 avaient été désignées comme urbaines. La base de données ne contenait pas suffisamment de renseignements sur les répercussions horizontales; toutefois, les données fournies par les agents de projet montrent que, parmi les 694 collectivités de la Saskatchewan ayant reçu un financement, il y avait 34 (5 %) communautés autochtones, 8 (1%) collectivités francophones et 664 (96 %) collectivités rurales (tableau 2-2). Les participants à l’enquête auprès des collectivités ont accordé une note faible (2,3 sur 5) à leur projet pour sa capacité de mobiliser divers éléments de la société canadienne. Cependant, les projets ayant reçu un financement plus élevé (plus de 20 000 $) ont mieux réussi à mobiliser divers éléments de la société canadienne que les projets ayant reçu un financement moins élevé (2,8 et 2,2 sur 5, respectivement). Malgré ces faibles notes, les membres des groupes de discussion ont souligné que les projets réalisés dans les collectivités de la Saskatchewan ont reçu un financement en fonction du nombre d’habitants pour que toutes les collectivités minoritaires soient traitées de la même façon, et que l’intégration des groupes minoritaires n’a pas fait l’objet d’une promotion ni d’une surveillance adéquates dans le cadre des projets. Néanmoins, les activités de bon nombre de projets comportaient des composantes en langue autochtone et en français.

L’examen des dossiers a montré que parmi les neuf projets réalisés en Alberta, l’un des projets avait eu des répercussions majeures et quatre avaient eu des répercussions secondaires sur les communautés autochtones; cinq avaient eu des répercussions secondaires sur les collectivités francophones. Aucune des six initiatives stratégiques en Saskatchewan n’a eu de répercussions sur les collectivités francophones, et un projet a eu des répercussions importantes sur une communauté autochtone. Les intervenants clés ont mentionné que les projets avaient réussi dans une certaine mesure à mobiliser divers éléments de la société canadienne (3,4 sur 5) : 10 des 18 promoteurs de projets importants ont mentionné que leur projet avait intégré dans une certaine mesure l’art, la culture, l’histoire ou la tradition autochtone aux activités (p., ex. exposition d’art autochtone, etc.). Trois promoteurs ont mentionné qu’ils avaient tenu compte des intérêts des collectivités francophones dans le cadre de leurs projets, en intégrant une partie en français aux résultats finaux (p. ex. documents en plusieurs langues, affichage en plusieurs langues, etc.). Toutefois, certains participants ont mentionné que la mobilisation de divers éléments de la société canadienne n’était pas nécessairement l’une des priorités du projet. Les employés du Ministère ont également mentionné que même si de nombreux projets comportaient des composantes autochtones, la mobilisation des communautés autochtones n’était pas l’une des priorités du programme. Deux employés ont mentionné que le français était tout aussi présent que l’anglais dans tous les résultats finaux du projet.

Accès accru aux possibilités d’apprentissage

Selon les dossiers, aucun des projets communautaires faisant partie de l’échantillon d’examen des dossiers ne comportait de composantes éducatives à long terme. Les représentants ministériels de la Saskatchewan ont confirmé que les possibilités d’apprentissage ne faisaient pas partie des objectifs de leurs projets communautaires. Toutefois, les représentants des projets communautaires ont mentionné que, dans le cadre de leurs projets, ils avaient réussi dans une certaine mesure (2,6 sur 5) à créer des possibilités d’apprentissage continues pour les étudiants et d’autres citoyens.

Quatre des projets d’immobilisations durables en Alberta, un des projets présentant l’image de marque du centenaire et quatre des projets stratégiques en Saskatchewan comportaient une composante éducative à long terme. Durant leur entrevue, tous les promoteurs des principaux projets ont mentionné que leur projet avaient contribué dans une certaine mesure à créer des possibilités d’apprentissage pour leur collectivité (3,9 sur 5). Les représentants des grands projets d’immobilisations, musées, théâtres, galeries d’art et parcs, ont mentionné que plusieurs de leurs nouvelles installations faisaient partie du programme d’éducation provincial et permettaient aux étudiants d’en apprendre plus sur l’histoire et la culture de la région. Les promoteurs ont mentionné qu’un grand nombre d’étudiants avaient fait du bénévolat dans le cadre des événements présentant l’image de marque du centenaire de l’Alberta, et que les Bourses d’art avaient aidé de jeunes artistes à entreprendre une carrière artistique.

Lien visible entre les projets et les célébrations des centenaires, bien que le lien se soit atténué au fil du temps

Six (6 %) des 99 projets communautaires visés par l’examen des dossiers affichaient un lien visible avec les célébrations des centenaires, généralement sous forme d’articles dans le journal, d’affiches ou de plaques. Malgré ce petit nombre, les membres du groupe de discussion ont souligné que le financement versé aux petites collectivités devait amener les membres de la collectivité à célébrer les centenaires; les représentants ministériels de la Saskatchewan ont également mentionné que le financement versé à toutes les collectivités de la Saskatchewan a permis aux collectivités rurales de célébrer le centenaire. L’enquête auprès des collectivités a montré que les projets communautaires avaient grandement contribué au rayonnement du centenaire en Saskatchewan (4,2 sur 5).

Selon les représentants du Ministère et des autres ordres de gouvernement, l’objectif clé du programme des Centenaires était de permettre au gouvernement fédéral de contribuer à célébrer les centenaires de l’Alberta et de la Saskatchewan et pour que le centenaire reste gravé dans la mémoire collective. Les répondants s’entendaient pour dire que le programme des Centenaires a permis d’atteindre cet objectif. Les quatre projets réalisés en Alberta et quatre des projets stratégiques réalisés en Saskatchewan étaient liés aux célébrations des centenaires. Les intervenants clés ont dit que les grands projets avaient assez bien réussi à atteindre cet objectif (4 sur 5) et ont mentionné que les projets étaient très visibles dans les collectivités et que le grand public savait que c’était grâce aux centenaires que certains nouveaux édifices avaient été construits. Dans le cadre de certains grands projets, des inaugurations officielles et des célébrations ont été organisées pour souligner les centenaires. D’un autre côté, trois promoteurs de projets importants et un représentant du gouvernement ont mentionné que les projets n’avaient été annoncés qu’en 2005 (l’année du centenaire). Toutefois, les projets n’ont été terminés que beaucoup plus tard et qu’ils n’ont donc pas vraiment permis de célébrer les centenaires. Il aurait été préférable que ces projets soient terminés en 2005. De plus, certains employés ministériels ont accordé une note relativement faible à cet élément puisque l’un des projets, le Musée royal de l’Alberta, a accusé un retard important au chapitre de la mise en œuvre.

Le parc Wanuskewin est un exemple de projet auquel un grand nombre de membres de la collectivité et d’Autochtones ont participé.

PARC WANUSKEWIN

Lieu de rencontre des tribus nomades depuis plus de 6 000 ans, ce site de 760 acres a été désigné site historique national en 1986, et continue de revêtir une importance culturelle importante pour les peuples des plaines du Nord. Le parc, officiellement ouvert en 1992, fait partie des 30 principaux sites du patrimoine autochtone canadien et constitue une importante attraction touristique en Saskatchewan. Le parc Wanuskewin représente sept nations tribales et est le seul projet des Premières nations parmi les initiatives d’immobilisations stratégiques réalisées en Saskatchewan. Le financement des centenaires devait permettre l’agrandissement du restaurant, des lieux d’exposition et des vignettes. Les travaux d’agrandissement ont commencé en octobre 2007, et la réouverture du parc était prévue pour le printemps 2009. Un certain nombre de difficultés liées au financement, à la gestion et aux travaux ont retardé l’ouverture du parc, et celui-ci n’était pas encore ouvert en septembre 2009.

Le projet favorise la participation communautaire grâce à ses bénévoles et à son conseil, composé de 12 membres, notamment un conseiller municipal, le président de la commission scolaire publique, des gens d’affaires locaux et le doyen de la faculté de droit de l’Université de la Saskatchewan. Le projet comporte une composante éducative à long terme et est lié au programme scolaire provincial. Le lien visible avec les célébrations du centenaire a été établi grâce à des annonces et à des publicités dans les médias.

Même si l’édifice était fermé durant les travaux, le parc offre de nombreux sentiers pédestres qui sont demeurés ouverts et qui sont utilisés chaque jour. Le projet a également contribué à l’économie locale grâce à l’embauche de gens de métiers locaux et d’une entreprise des Premières nations chargée de créer les vignettes.

 

Résultats attendus : Amélioration et renforcement de l’économie des collectivités

Les projets financés dans le cadre du programme des Centenaires ont contribué à la croissance et au renforcement de l’économie des collectivités

Le programme des Centenaires visait à améliorer et à renforcer l’économie des collectivités en améliorant les services et les installations communautaires, en augmentant la participation aux projets ou aux événements communautaires ainsi que les revenus en découlant, et en renforçant les capacités des organismes communautaires.

Amélioration des installations communautaires

Tel que mentionné à la section 3.1, l’examen des dossiers a montré que la majorité des projets avaient atteint cet objectif.

Des membres du groupe de discussion ont mentionné que le financement versé à un grand nombre de collectivités avait grandement contribué à l’amélioration des installations communautaires de la province, ce que confirme l’enquête auprès des collectivités, dans le cadre de laquelle les répondants ont mentionné que les projets communautaires avaient permis d’améliorer grandement les services et les installations communautaires (4,5 sur 5).

De même, les intervenants clés ont accordé une note élevée à la mesure dans laquelle les grands projets ont atteint ce résultat (note de 4,3 sur 5). Les promoteurs des grands projets ainsi que les employés ministériels ont mentionné que les grands travaux de construction et d’amélioration des infrastructures ont considérablement amélioré la capacité de ces installations de servir les membres des collectivités. Les promoteurs des projets d’immobilisations durables ont également mentionné que la mise à niveau et la modernisation des installations supposaient une plus grande rentrée d’argent destiné aux frais d’exploitation, à l’embauche d’employés compétents et à l’amélioration de la qualité globale des services.

Plus grande participation aux projets ou aux événements communautaires et revenus accrus

Comme le montre le tableau 4-1, plusieurs projets devaient faire augmenter les revenus, le nombre de visites, le nombre de touristes ou le nombre de visites scolaires. Pour l’instant, les projets présentant l’image de marque du centenaire semblent avoir réussi à atteindre cet objectif. Par exemple, un rapport sur les répercussions économiques des Jeux mondiaux des maîtres a montré que les jeux ont mené à la création de 1 419 emplois au Canada, dont 913 en Alberta, ont eu des retombées financières approximatives de 44,9 millions de dollars en Alberta et de 66,2 millions de dollars au pays et ont généré à d’autres retombées économiques comme une crédibilité accrue, une valeur marchande, une fierté civique et un rayonnement international.

L’enquête auprès des collectivités a montré que la majorité des projets avaient eu des retombées économiques importantes sur leurs collectivités, notamment une utilisation accrue des installations communautaires (62 %), la création d’emplois durant la mise en œuvre du projet (47 %), des revenus indirects pour les entreprises locales (40 %), une augmentation des activités touristiques (37 %) et des revenus accrus (35 %).

Pour ce qui est des grands projets, les intervenants clés ont dit que le programme des Centenaires avait eu des répercussions importantes sur le plan des résultats économiques, comme une utilisation accrue des installations et des centres culturels (89 %), la création d’emplois durant la mise en œuvre du projet (89 %), des revenus indirects pour les entreprises locales (88 %), des investissements consécutifs (73 %), des revenus accrus (78 %), des activités touristiques et un plus grand nombre de visiteurs (65 %), des emplois durables (63 %) et une capacité d’attirer des événements et des expositions de renommées nationale et internationale (56 %).

Renforcement des capacités des organismes communautaires

La majorité des projets, en améliorant les édifices et les services communautaires, ont renforcé les capacités communautaires des collectivités[7]. Les représentants ministériels de la Saskatchewan ont mentionné que le financement ministériel versé aux projets communautaires avait permis de renforcer la capacité de ces collectivités. Les répondants à l’enquête auprès des collectivités ont dit que le programme des Centenaires avait eu certaines répercussions sur les capacités communautaires (note de 2,4 sur 5). Le programme des Centenaires a eu davantage de répercussions sur les capacités communautaires lorsque les projets étaient déjà prévus (comparativement aux projets élaborés à la suite de l’annonce du financement disponible) (note de 2,8 comparativement à 2,2 sur 5); avaient reçu un financement plus élevé (plus de 20 000 $) (note de 3,2 comparativement à 2,3 sur 5); avaient obtenu un financement versé par d’autres sources (note de 2,8 comparativement à 2,5 sur 5).

Les intervenants clés ont jugé que le programme avait eu des répercussions moyennement élevées sur les capacités communautaires (3,7 sur 5). Tous les promoteurs des projets importants étaient d’avis que les projets avaient renforcé les capacités de leurs organismes et d’autres organismes de leur collectivité. Plusieurs promoteurs ont mentionné entre autres que les projets avaient permis d’offrir de meilleurs services et davantage de services (p. ex. locaux à louer pour les événements artistiques ou des expositions, meilleures installations) aux groupes communautaires. D’autres intervenants clés ont mentionné que leurs événements avaient permis d’accroître les activités et la participation des organismes sportifs communautaires ou avaient donné l’occasion à des membres de la collectivité d’entamer une carrière dans le domaine des arts.

Le Musée des beaux-arts de l’Alberta est un exemple de projet pouvant mener à la croissance et au renforcement de l’économie d’Edmonton.

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE L’ALBERTA

Le nouveau musée devrait ouvrir au centre-ville d’Edmonton en janvier 2010. Le projet est divisé en trois phases : 1) construction des installations des services de gestion des collections, soit un entrepôt indépendant de 18 000 pieds carrés à atmosphère contrôlée permettant d’entreposer les 7 000 œuvres d’art du musée; 2) ouverture d’une galerie provisoire et des bureaux administratifs à Enterprise Square, en collaboration avec l’Université de l’Alberta; 3) construction du nouveau musée. Le financement versé par le Ministère a permis la conception initiale de la salle d’exposition, d’un entrepôt indépendant permanent sûr pour les œuvres d’art et la construction du nouvel édifice.

L’espace consacré aux expositions passera de 16 000  à 30 000 pieds carrés. L’édifice passera de 50 000  à 85 000 pieds carrés, et il y aura un entrepôt supplémentaire de 18 000 pieds carrés pour l’entreposage des œuvres d’art, situé à l’extérieur du musée. L’édifice comportera un théâtre, un restaurant, des salles de réunion, des cuisines, un atelier restructuré et des galeries de location ou de vente d’œuvres d’art afin d’accroître les ventes.

Après la construction : il y aura deux fois plus de salles de classe (quatre), de visites scolaires annuelles (12 000) et de revenus. On prévoit que les visites touristiques et les visites payantes tripleront. Les normes muséales améliorées attireront des expositions internationales; les salles de réunion et le restaurant permettront au musée d’accueillir des événements.

Les résultats les plus importants jusqu’à maintenant sont liés aux deux premières phases. Phase 1 : les installations des services de gestion des collections ont permis d’améliorer la sécurité des 7 000 œuvres d’art permanentes du musée et ont fourni au musée suffisamment d’espace pour prendre de l’expansion au cours des 15 prochaines années. Phase 2 : la galerie provisoire a permis au musée de ne pas fermer ses portes, ce qui maintient l’intérêt du public et constitue une source de revenus.

 

Résultats attendus : Activités de collaboration et de coordination

Le programme des Centenaires a créé des possibilités de coordination et de collaboration entre les collectivités et le gouvernement

Le programme des Centenaires a favorisé la coordination et la collaboration entre les trois ordres de gouvernement et la collectivité grâce à un financement concerté et à une visibilité fédérale renforcée.

Financement concerté

Bien qu’il ait été possible de faire passer le financement d’une collectivité à une autre, le Ministère prévoyait être le seul bailleur de fonds des projets communautaires en Saskatchewan, conformément aux accords de contribution. La base de données contenait les renseignements résumés aux tableaux 4-2 et 4-3. En plus du financement obtenu auprès des clients, la majorité des projets ont également reçu un financement du gouvernement. Dans le cas des projets d’immobilisations durables en Alberta, le Ministère a financé environ 50 à 55 % des projets du Musée Glenbow et des Jardins thérapeutiques, et 12 à 17 % des autres projets d’immobilisations durables en Alberta (tableau 4-2). Dans le cas des projets d’immobilisations stratégiques en Saskatchewan, le Ministère a financé entre 10 % (Théâtre Globe) et 81 % (Centre du patrimoine de la GRC) des projets. Les intervenants clés de quatre projets – Musée Glenbow (financement municipal), Jardins thérapeutiques (fonds des loteries de l’Alberta), Centre du patrimoine de la GRC (financement municipal) et projet de River Landing (financement privé et provincial) – ont mentionné qu’ils avaient reçu un financement d’une autre source, en plus des fonds figurant dans la base de données du Ministère.

La raison pour laquelle il existe un écart entre les renseignements fournis par les intervenants clés et ceux figurant dans la base de données n’est pas claire. Toutefois, par exemple, le projet de River Landing est une activité en plusieurs phases qui a été lancée avant le programme des Centenaires et qui se poursuit toujours; le financement supplémentaire peut être lié aux phases autres que celles financées par le programme des Centenaires. Il y a peut-être des raisons semblables pour les autres projets. Par conséquent, les tableaux 4-2 et 4-3, fondés sur les renseignements figurant dans la base de données, peuvent sous-estimer le financement réel offert par les partenaires du Musée Glenbow, des Jardins thérapeutiques, du Centre du patrimoine de la GRC et du projet de River Landing.

Tableau 4-2  Contribution des partenaires aux projets réalisés en Alberta
Projet Contribution financière des partenaires ($, % des coûts totaux)
Autre organisme fédéral Provincial Municipal Client Financement total versé par les partenaires (%)
Projets d’immobilisations durables en Alberta*
Musée royal de l’Alberta   150 000 000 (83,3 %)     83,3**
Musée des beaux-arts de l’Alberta 10 000 000 (11,4 %) 27 000 000 (30,7 %) 21 000 000 (23,9 %) 20 000 000 (22,7 %) 88,7
Musée Glenbow   4 000 000 (44,4 %)     44,4
Pavillon du Parc du patrimoine   3 000 000 (16,1 %) 4 500 000 (24,2 %) 8 100 000 (43 %) 83,3
Jardins thérapeutiques       2 250 380 (50,7 %) 50,7
Projet présentant l’image de marque du centenaire de l’Alberta
Jeux mondiaux des maîtres 2005   4 000 000 (29,4 %) 2 210 000 (16,3 %) 3 386 343 (24,9 %) 70,6
Championnat du monde de semi-marathon 2005   500 000 (38,8 %) 313 935 (24,4 %) 291 137 (22,6 %) 85,8
Coupe du monde du centenaire de l’Alberta 288 000 (23,7 %) 425 000 (34,9 %)   398 145 (32,7 %) 91,3
Phase III du parc Rotary Challenger   1 027 000 (29,1 %)   1 501 676 (42,6 %) 71,7

* Le Programme de Bourses des arts du lieutenant-gouverneur de l’Alberta et le projet d’agrandissement du Musée des régiments ont été transférés à PCH et au MND, respectivement, en vue de leur mise en œuvre, et ne font pas partie des projets d’immobilisations durables.

**Fondé sur le coût initial de 180 millions de dollars.

Tableau 4-3  Contribution des partenaires aux projets d’immobilisations stratégiques en Saskatchewan
Projet Contribution financière des partenaires ($, % des coûts totaux)
Autre organisme fédéral Provincial Municipal Client Financement total versé par les partenaires (%)

Théâtre Globe

462 795 (29,7 %)

533 000 (34,1 %)

400 000 (25,6 %)

15 000 (1 %)

90

Centre du patrimoine de la GRC

 

2,680 851 (12,1 %)

 

1 531 915 (6,9 %)

19

Théâtre Persephone

 

2 500 000 (21,7 %)

1 000 000 (8,9 %)

5 017 148 (43,6 %)

74,2

Édifice pouvant accueillir des salons professionnels et des expositions

     

1 000 000 (20 %)

20

Projet River Landing

   

1 213 116 (28,8 %)

 

28,8

Parc patrimonial Wanuskewin

2 381 050 (46,4 %)

1 090 488 (21,3 %)

 

655 412 (12,8 %)

80,5

Selon les réponses à l’enquête auprès des collectivités, les projets ont réussi dans une certaine mesure à créer des possibilités de collaboration et de coordination entre les collectivités et le gouvernement (note de 3 sur 5). De plus, les projets ayant reçu le plus haut niveau de financement (plus de 20 000 $) ont davantage réussi à créer des possibilités de coordination et de collaboration entre les collectivités et le gouvernement que les projets ayant reçu un financement moins élevé (3,6 par rapport à 2,9 sur 5).

Les intervenants clés ont jugé que les projets avaient assez bien réussi à créer des possibilités de collaboration entre le gouvernement et la collectivité (3,7 sur 5). Tous les promoteurs des projets principaux ont mentionné que le programme des Centenaires était un excellent exemple de collaboration entre les trois ordres de gouvernement. Selon les intervenants clés, tous les projets avaient reçu un financement des trois ordres de gouvernement ainsi que des entreprises locales et des organismes communautaires. L’un des promoteurs a mentionné qu’une fois le programme des Centenaires terminé, son organisme avait été en mesure de poursuivre son partenariat avec le Ministère et recevra un financement supplémentaire en vue d’autres projets d’infrastructure. Plusieurs représentants ministériels ont également souligné que tous les projets importants supposaient beaucoup de discussions et de négociations avec les gouvernements provinciaux, ce qui les a aidés à ouvrir les voies de communication et à bâtir un lien de confiance.

Renforcement de la visibilité fédérale

Au total, 80 % des projets communautaires visés par l’examen des dossiers mentionnaient une forme de reconnaissance à l’égard du gouvernement fédéral, généralement par une annonce dans les médias, un article dans les journaux ou une plaque. L’enquête auprès des collectivités a mentionné que les projets avaient permis dans une certaine mesure d’améliorer de façon durable la visibilité et la reconnaissance à l’égard du gouvernement fédéral (note de 3,3 sur 5). Le groupe de discussion a mentionné que la majorité des projets communautaires avaient installé des plaques sur le site du projet pour indiquer la contribution du gouvernement fédéral. Toutefois, compte tenu de la petite taille d’un bon nombre des projets, il est difficile de s’attendre à une large reconnaissance à l’égard du gouvernement fédéral.

Selon la base de données, cinq projets d’immobilisations durales en Alberta, un des projets présentant l’image de marque du centenaire et cinq des projets stratégiques de la Saskatchewan ont reconnu le gouvernement fédéral de manière durable, généralement sous la forme d’une plaque. Les intervenants clés ont souligné que les projets avaient bien réussi à accorder une reconnaissance et une visibilité durables au gouvernement fédéral (note de 4 sur 5). Selon les représentants ministériels et les promoteurs des grands projets, tous les projets d’immobilisations en Saskatchewan et en Alberta ainsi que tous les projets communautaires en Saskatchewan comportaient une certaine forme de visibilité et de reconnaissance à l’égard du gouvernement fédéral. Dans le cas des grands projets d’immobilisations, on a décrit le rôle de la contribution du gouvernement fédéral sur leur « mur des donateurs », nommé certaines des pièces et des installations en l’honneur du gouvernement, inscrit le nom et le logo du gouvernement dans les publications ou le site Web, et mentionné le rôle du gouvernement au moment de l’inauguration des installations. Toutefois, les intervenants clés ont mentionné que les retards liés à la construction du Musée royal de l’Alberta nuisent à la reconnaissance à l’égarddu gouvernement fédéral, et, malgré leurs efforts, il est très difficile de faire en sorte que le grand public reconnaisse vraiment la participation du gouvernement aux projets ou en soit témoin.

Résultats finaux : Amélioration des activités économiques et de la compétitivité des collectivités

Certains progrès ont été réalisés pour ce qui est de l’amélioration des activités économiques et de la compétitivité des collectivités de l’Ouest canadien, mais il est trop tôt pour évaluer toutes les répercussions du programme des Centenaires.

Documentation sur le rôle des célébrations des centenaires dans la promotion du développement économique et de la compétitivité des collectivités

Le programme des Centenaires a été évalué conformément au Cadre de mesure du rendement du PDEO. Les résultats finaux du PDEO comprennent une augmentation des activités économiques et de la compétitivité des collectivités de l’Ouest canadien. Conformément aux objectifs généraux du PDEO, le programme des Centenaires visait à accroître le développement économique et la compétitivité des collectivités de l’Ouest canadien. Il existe très peu de données probantes, dans la documentation ou les évaluations de programme comparables, qui laissent croire qu’il y a un lien entre les investissements faits dans le cadre d’un centenaire et l’amélioration économique. Par exemple, les évaluations de deux programmes similaires ou connexes — le Partenariat culturel et économique du Canada atlantique (PCECA) et le programme Célébration, Commémoration et Apprentissage (PCCA), n’a montré aucune retombée économique positive à long terme[8] ou harmonisation avec les priorités fédérales, comme la cohésion sociale8,[9].

Données probantes montrant que les célébrations des centenaires ont favorisé le développement économique et la compétitivité des collectivités

Pour obtenir des données probantes sur la réussite à long terme du programme, une période de suivi plus longue sera nécessaire, et les coûts d’un suivi à long terme seront difficiles à justifier compte tenu de la nature ponctuelle du programme. Les membres du groupe de discussion ont aussi remarqué qu’il est très difficile d’observer, de mesurer et de présenter les changements apportés au niveau de la compétitivité et de rendre compte de ces changements. Des investissements relativement modestes dans plusieurs projets d’infrastructure n’amélioreraient pas de façon appréciable la compétitivité des collectivités. Néanmoins, la création d’infrastructures dans les collectivités peut contribuer jusqu’à un certain point à la compétitivité des collectivités.

Même si les répondants à l’enquête auprès des collectivités ont accordé une note peu élevée pour ce qui est de l’amélioration de la compétitivité des collectivités participantes (note de 2,2 sur 5), le niveau de réussite perçu était plus élevé dans le cas des projets ayant reçu davantage de financement (plus de 20 000 $) que dans le cas des autres projets (3 contre 2 sur 5). 

Les intervenants clés ont mentionné que les grands projets avaient réussi, dans une certaine mesure, à améliorer la compétitivité des collectivités (2,9 sur 5). Les promoteurs des grands projets et les représentants ministériels ont souligné que les grandes installations de calibre mondial construites dans leur ville avaient permis à leur collectivité d’être plus compétitive sur la scène mondiale et nationale. Les musées et les galeries d’art peuvent maintenant tenir des événements internationaux et inviter davantage de visiteurs dans leurs villes.

Répercussions inattendues

Le programme des Centenaires a eu quelques répercussions inattendues

Le programme des Centenaires a eu quelques résultats inattendus. Selon l’enquête auprès des collectivités, le sentiment de fierté et de satisfaction à l’égard de la collectivité a augmenté, tout comme la participation au sein de la collectivité, bien au-delà des activités du projet. Le groupe de discussion a souligné les résultats inattendus suivants :

  • La plupart des grands projets réalisés en Saskatchewan et en Alberta ont contribué à accroître la visibilité des arts et de la culture de la région, en améliorant et en renforçant les installations, les services et les infrastructures culturels. Selon les représentants, l’infrastructure artistique et culturelle des provinces de l’Ouest n’est pas aussi développée que dans d’autres régions du Canada. Le programme a joué un rôle clé puisqu’il a permis d’atténuer cet écart au chapitre des infrastructures. Grâce aux nouvelles infrastructures artistiques et culturelles, les collectivités connaissent mieux l’art et la culture de la région et les groupes communautaires peuvent utiliser davantage les installations.
  • La mise en place rapide des infrastructures a également mené à certains résultats négatifs, notamment des pressions sur l’équipe de gestion, qui devaient renforcer les capacités de l’organisation afin que celle-ci réussisse à s’adapter aux infrastructures et à les utiliser adéquatement. Néanmoins, ces types de problèmes surviennent souvent aux premières étapes de la mise en œuvre d’un projet et peuvent facilement être gérés grâce à une planification adéquate.
  • Une capacité accrue du Ministère de mettre en place de tels projets a été observée. Le programme des Centenaires a manifestement contribué à la capacité du Ministère de réaliser de tels projets d’infrastructure en peu de temps.
  • Le programme des Centenaires a facilité l’élaboration d’un programme communautaire par le gouvernement de la Saskatchewan. La mise en œuvre des projets communautaires financés par le Ministère, en Saskatchewan, a été suivie de près par le gouvernement provincial. Par la suite, le gouvernement de la Saskatchewan a élaboré un programme provincial intitulé Building Communities, dont l’objectif était de fournir un soutien financier aux petites collectivités. Le gouvernement provincial a consulté le bureau ministériel à Saskatchewan concernant l’élaboration de ce programme.
  • Il a été très difficile d’organiser les travaux dans les petites collectivités de la Saskatchewan, en raison d’une pénurie de main-d’œuvre. Plusieurs entrepreneurs ne voulaient pas se déplacer jusque dans les petites collectivités, puisqu’ils sont très en demande dans les grandes villes comme Saskatoon et Regina. Le manque d’entrepreneurs a grandement miné la réussite des projets en Saskatchewan.